...

Cet essai a comparé sur 4.822 patients atteints d'insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée (HFpEF) (EF >45%, moyenne 57,7%) l'association sacubitril (inhibiteur de la neprilysine) + valsartan (inhibiteur du récepteur de l'angiotensine) au valsartan seul avec comme critère principal d'évaluation le cumul de toutes les hospitalisations pour insuffisance cardiaque et des décès d'origine cardiovasculaire. Il a été rapporté 894 événements de ce critère chez 526 patients du bras sacubitril/valsartan et 1.009 événements chez 557 patients du bras valsartan, soit un ratio des taux (IC 95%) de 0,87 (0,75-1,01), une réduction de risque de 13% qui n'est cependant pas significative (p=0,06). Pas non plus de résultats significatifs pour aucun des critères secondaires (chacun des composants du critère principal, modifications de classe NYHA, dégradation de la fonction rénale, les modifications du score clinique global au Kansas City Cardiomyopathy Questionnaire (KCCQ) et sécurité d'emploi des traitements.L'analyse de sous-groupes préspécifiés penche pour un bénéfice possible de l'association chez les sujets dont les EF sont les moins élevées (< médiane, soit 57%) et chez les femmes pour lesquelles le ratio des taux pour le critère principal est de 0,73 (0,59-0,90), deux pistes qu'il conviendra donc d'explorer.Pour tous les détails, se référer à l'article mis en ligne sur le site du New England Journal of Medicine conjointement à la présentation des résultats.D'après la présentation de Scott SOLOMON, Boston, USA (ESC 2019, Paris 31 août-4 septembre) et SC Solomon et al. N Engl J Med. 2019 Sep 1. doi: 10.1056/NEJMoa1908655. [Epub ahead of print].