L'idarucizumab est un antidote du dabigatran. L'étude REVERSE-AD a apporté la preuve de son efficacité chez les patients présentant un saignement sévère ou chez les sujets pour lesquels une chirurgie d'urgence était indiquée. L'analyse présentée à l'ESC s'est focalisée sur les patients victimes de trauma. Le critère principal d'évaluation était la réversibilité de l'effet du dabigatran dans les 4 heures évaluée par ECT (ecarin clot time) ou par temps de thrombine dilué (dTT, diluted thrombin time).

Parmi les 503 patients inclus dans l'étude RE-VERSE AD, 114 avaient été victimes d'un traumatisme. Une réversibilité de l'effet du dabigatran était requise, chez 80 d'entre eux, par un saignement sévère et, chez 34 d'entre eux, par une chirurgie urgente. Les traumatismes en cause étaient le plus souvent une chute depuis une hauteur ayant entraîné un traumatisme crânien ouvert ou fermé, une fracture de la hanche ou une fracture du bassin. Six patients avaient subi un polytraumatisme. Les autres traumas consistaient en des fractures de côtes, des nez cassés ou en des lésions sévères des doigts.

Aucun patient n'a reçu plus d'une dose d'idarucizumab. Une réversibilité de 100% a été observée chez tous les patients et aucun effet indésirable lié au médicament n'a été observé. Le taux d'événements thrombotiques a été faible et concordant avec celui observé pour l'ensemble de la cohorte.

L'analyse tend donc à montrer que l'idarucizumab permet de contrecarrer rapidement, efficacement et de manière sûre, l'effet du dabigatran, et ce indépendamment de la nature du traumatisme, de l'âge, de la présence éventuelle de comorbidités, de la fonction rénale et de la stabilité hémodynamique.

C .Pollack et al. ESC 2018 Annual Meeting, abstract 3863