...

Une équipe de cliniciens de Hôpital Queen Mary, Université de Hong Kong a donc entrepris d'évaluer l'effet de l'application d'une pression positive continue sur les voies respiratoires (CPAP) sur la pression artérielle ambulatoire systolique et diastolique (respectivement PAAS et PAAD) et sur les taux sériques de deux biomarqueurs myocardiques chez des sujets présentant une hypertension nécessitant la prise d'au moins trois antihypertenseurs et un SAOS d'intensité modérée à sévère. Au total 92 sujets (75% d'homme ; âge 51±8 ans ; indice d'apnée-hypopnée 40±8 événements/heure ; 3,4 antihypertenseurs/j [extrêmes 3-6]) ont été alloués par une randomisation 1:1 à un bras intervention (traitement par CPAP) ou contrôle (pas de CPAP) et ont été suivis pendant 8 semaines. Par rapport au bras contrôle, il est rapporté dans le bras intervention une réduction significative (∆ moyen mm Hg [IC 95%] p)• de la PAAS sur 24 h (-4,4 [-8,7 à -0,1] 0,046), • de la PAAD sur 24 h (-2,9 [-5,5 à -0,2] 0,032), • de la PAAS diurne (-5,4 [-9,7 à -1,0] 0,016), • de la PAAD diurne (-3,4 [-6,1 à -0,8] 0,012). A noter qu'une analyse stratifiée selon le schéma circadien de la PA a été réalisée montrant que le traitement par CPAP n'est associé à une baisse significative que chez les sujets dont la PA ne s'abaisse pas pendant la période nocturne ("non-dippers"=baisse de 0% à 10% par rapport aux valeurs diurnes). Pas de significativité chez les "dippeurs" (baisse nocturne de 10% à 20% par rapport aux valeurs diurnes). Toujours par rapport au bras contrôle, le traitement par CPAP est également associé à une baisse significative des taux sériques • de troponine sérique I (-1,74 pg/ml [-2,97 à -0,5] 0,006) • de peptide natriurétique cérébral (-9,1 pg/ml [-17,6 à -0,6] 0,036). Lui MM et al. Eur Respir J. 2021 Apr 1. Online ahead of print. https://erj.ersjournals.com/content/early/recent