...

De précédentes études laissaient déjà espérer que la fluvoxamine, une ancienne molécule utilisée pour la dépression et les troubles obsessionnels compulsifs, puisse réduire l'inflammation et présenter un intérêt contre le Covid-19, mais elles avaient été effectuées sur de faibles échantillons. Raison pour laquelle, des scientifiques ont décidé de lancer un essai randomisé de beaucoup plus grande envergure. (1)L'essai en question a été mené dans 11 hôpitaux brésiliens, auprès de près de 1 500 patients non vaccinés, symptomatiques et testés positifs pour le SARS-CoV-21. Ces derniers ont été choisis parce qu'ils avaient au moins un facteur de risque de développer une forme grave. Au total, 741 participants ont reçu 100 mg de fluvoxamine deux fois par jour, pendant 10 jours, entre le 20 janvier et le 5 août 2021, et 756 ont eu un placebo. Les scientifiques ont observé l'état de santé des participants durant 28 jours, le but étant de déterminer combien de malades de chaque groupe ont finalement dû à une occasion rester plus de six heures dans un service d'urgence Covid-19 ou être transférés dans un hôpital tertiaire afin d'y être hospitalisés.L'analyse a permis de constater que 11% des patients sous fluvoxamine (79) ont nécessité un traitement médical en urgence pendant plus de six heures ou ont été hospitalisés contre 16% de ceux sous placebo (119). Les chercheurs ont observé une réduction cliniquement importante de 5% du risque absolu d'hospitalisation prolongée/soins d'urgence, et une diminution de 32% du risque relatif d'hospitalisation prolongée/soins d'urgence, suite à l'administration de fluvoxamine pendant 10 jours, par rapport au placebo. Par contre, ils n'ont pas trouvé de différences significatives dans le nombre d'événements indésirables liés au traitement entre les deux groupes de patients.Ces données suggèrent que la fluvoxamine, qui est utilisée depuis les années 1990 pour diverses pathologies et qui a été identifiée au début de la pandémie pour sa capacité à réduire la tempête de cytokines chez les patients contaminés par le coronavirus, pourrait donc être repositionnée comme thérapie pour les patients ambulatoires atteints de Covid-19. "Il pourrait s'agir de l'une de nos armes les plus puissantes contre le virus et son efficacité est l'une des découvertes les plus importantes que nous ayons faites depuis le début de la pandémie," se réjouit le Pr Edward Mills de l'Université McMaster. "L'étude laisse clairement penser que la fluvoxamine constitue une option efficace, sûre, peu coûteuse et plutôt bien tolérée pour traiter les malades du Covid-19 non hospitalisés," confirme le chercheur Otavio Berwanger, dans un commentaire associé. (2)Dans cette étude, le traitement de dix jours a coûté environ 4 dollars. En comparaison, les traitements par anticorps IV coûtent environ 2 000 dollars et la pilule antivirale expérimentale de Merck pour le Covid-19 environ 700 dollars par traitement. Les auteurs estiment par conséquent que la fluvoxamine pourrait changer la donne pour les pays les plus pauvres, où les taux de vaccination sont faibles et où l'accès aux thérapies avancées contre le virus est limité. (références :(1) et (2) The Lancet Global Health, 27 octobre 2021, doi ; 10.1016/S2214-109X(21)00448-4 et 10.1016/S2214-109X(21)00501-5)