...

En juin 2020, des chercheurs de l'American Dental Association Science & Research Institute et du Health Policy Institute ont invité des dentistes américains agréés exerçant principalement en cabinet privé ou en santé publique à participer à une enquête en ligne. Le but était de comprendre les risques associés à la transmission du coronavirus pendant la prestation de soins de santé bucco-dentaire et d'évaluer l'efficacité des recommandations pour les cabinets dentaires émises par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et l'American Dental Association (ADA). 2 195 dentistes provenant de tous les États américains ont répondu à des questions concernant les symptômes associés à la Covid-19, l'infection par le SARS-CoV-2, les problèmes de santé mentale et physique et les procédures de contrôle des infections utilisées dans leur pratique dentaire primaire.Le rapport révèle que 82,2% des dentistes ayant répondu étaient asymptomatiques pendant un mois avant l'enquête, 16,6% ont déclaré avoir été testés pour le SARS-CoV-2, et 3,7%, 2,7% et 0% ont été testés positifs via des échantillons respiratoires, sanguins, et salivaires respectivement. Parmi ceux qui n'ont pas été testés, 0,3% ont reçu un diagnostic probable de Covid-19 d'un médecin.Au total, 20 des 2 195 répondants avaient une infection confirmée ou probable à la Covid-19. Après prise en compte de biais possibles, les auteurs évaluent à 0,9% l'incidence de l'infection chez ces professionnels, avec une marge d'erreur de 0,5%.Ce résultat, qui est à mettre en regard de ceux moins favorables d'autres professions de santé, s'expliquerait, selon les chercheurs par les procédures améliorées de contrôle des infections qui ont été mises en oeuvre dans 99,7% des cabinets dentaires primaires, le plus souvent la désinfection, le dépistage Covid-19, la distanciation sociale et le port de masques faciaux. La plupart des dentistes en exercice (72,8%) ont par ailleurs utilisé des équipements de protection individuelle (masques, lunettes et écrans faciaux) conformément aux directives provisoires des CDC."Les résultats de notre enquête sont une très bonne nouvelle pour les dentistes et les patients," commente le Pr Marcelo Araujo, directeur général de l'ADA, et auteur principal du rapport. "Ils signifient que les bonnes pratiques adoptées par les dentistes sont efficaces et qu'elles peuvent être suffisantes pour prévenir les infections en milieu dentaire. Cela contribue à assurer la sécurité des patients et de l'équipe dentaire de première ligne."Signalons encore que les conclusions du rapport sont d'autant plus encourageantes que la dentisterie a été classée parmi les professions les plus à risque d'infection en raison de la proximité étroite entre les professionnels dentaires et les patients et parce que de nombreuses procédures dentaires génèrent des aérosols pouvant contenir des particules virales provenant de personnes infectées.(référence : The Journal of the American Dental Association, 1er novembre 2020, doi : 10.1016/j.adaj.2020.09.005)