...

Globalement, l'atteinte cardiovasculaire survient en moyenne 15 ans plus tôt chez les diabétiques et constitue la principale cause de morbidité et de mortalité. Le rapport souligne que les liens entre diabète et maladies cardiovasculaires sont particulièrement puissants chez les femmes. Ainsi, les décès liés au diabète sont plus nombreux chez les femmes que chez les hommes, respectivement 2,1 versus 1,8 million par an et l'excédent de risque est principalement en rapport avec un surcroît de décès cardiovasculaire chez les femmes. Pour ce qui concerne la maladie coronaire (atteinte la plus fréquente et la plus meurtrière), le risque de décès des femmes diabétiques est 1,8 fois plus élevé que celui des femmes non diabétiques alors que pour les hommes, le surcroît de risque est de 1,5 par rapport aux non diabétiques. Même inégalité pour le risque de décès par insuffisance cardiaque, 5 fois plus élevé pour les femmes diabétiques par rapport aux non diabétiques, versus 2 fois pour les hommes.A signaler encore la maladie artérielle périphérique dont la prévalence est 1,8 fois plus élevée chez les femmes diabétiques que chez les hommes diabétiques. Ces différences entre femmes et hommes sont loin d'être expliquées et font l'objet d'intenses recherches. Mais le fait d'y insister est déjà en soi une incitation forte pour conseiller aux femmes diabétiques d'être particulièrement vigilantes en termes de mode de vie sain. E Dal Canto et al. Eur J Prev Cardiol. 2019 Dec;26(2_suppl):25-32. https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/2047487319878371?