...

Même si aucune transmission verticale du SARS-CoV-2 n'a encore été détectée, sachant que les conséquences de l'infection par le coronavirus restent incertaines pour les grossesses et tenant compte de l'expérience récente avec le virus Zika qui doit inciter la communauté des soins de santé à se préparer pour le pire des scénarios, une équipe de l'hôpital universitaire de Lausanne a décidé de prendre les devants en attendant des recommandations officielles, Leur algorithme suggère que toute femme enceinte ayant voyagé au cours des 14 derniers jours dans un pays où sévit l'infection ou ayant été en contact étroit avec un patient infecté par le SARS-CoV-2 soit testée avec un Test d'amplification d'acide nucléique SARS-CoV-2, même si elle est asymptomatique.Une femme enceinte asymptomatique testée positive doit rester confinée à son domicile et se surveiller pendant au moins 14 jours. Ces femmes enceintes et celles qui se rétablissent d'une maladie bénigne doivent être surveillées par des échographies de croissance foetale et des évaluations Doppler bimensuelles compte-tenu d'un risque de retard de croissance intra-utérin.Une femme enceinte atteinte d'une pneumonie à COVID-19 doit être prise en charge par une équipe multidisciplinaire dans un centre de soins tertiaires. Lorsque les critères d'évaluation rapide de l'insuffisance organique liés à la septicémie sont remplis, elle doit être transférée dans une unité de soins intensifs.Pour celle chez qui l'infection est confirmée, la date de l'accouchement doit être déterminée en fonction de la semaine de gestation, de l'état de santé maternel, de celui du foetus, et des conditions de l'accouchement. On préfèrera, si possible, un accouchement par voie basse, après un déclenchement du travail, et une éventuelle extraction instrumentale pour éviter l'épuisement maternel.Les nouveau-nés des mères infectées doivent être isolés pendant au moins 14 jours ou jusqu'à disparition de l'excrétion virale. L'allaitement direct n'est pas recommandé durant la période.(référence : The Lancet Infectious Diseases, 3 mars 2020, doi : 10.1016/S1473-3099(20)30157-2)