Our World In Data calcule le nombre total de doses de vaccins administrées dans la population pour 100 habitants. Il s'agit du nombre de doses et pas du nombre de personnes vaccinées, dépendant de personnes susceptibles d'avoir déjà reçu plus d'une dose.

Le graphique est sans appel : avec 0,46 doses administrées par 100 habitants au 14 janvier, la Belgique est en retard. La France avec 0,21 doses ne s'en sort pas beaucoup mieux. Le Figaro il y a quelques jours, y voyait la preuve du " déclassement de la France ". Israël, en tête, en est à 38 doses/100.000 habitants. Sidérant.

Lenteurs administratives et copinage

En Flandre, Daardaar explique que la vaccination est ralentie par les lenteurs de l'administration et... le copinage. Ainsi, de la maison de repos située à Puurs, à deux pas de l'usine qui produit les vaccins Pfizer. " Le vaccin doit faire un voyage administratif de plusieurs mois depuis l'usine Pfizer de Puurs vers l'Europe, puis vers la Belgique, puis vers la Flandre, ses hubs et ses congélateurs et finalement vers Puurs et les maisons de repos qu'on fournit à son aise, comme on livrerait un chargement de boissons fraîches. "

Dans notre édition à paraître jeudi 13 janvier, le Dr Catherine Fonck explique : " Le rythme de démarrage de la campagne de vaccination est très lent. Or, la vaccination est vraiment une course contre la montre pour éviter des décès et des maladies graves liées au Covid, pour réduire l'impact majeur de la crise sur le plan socio-économique et les effets sur la santé mentale de la population. Il faut absolument accélérer cette campagne de vaccination. Durant la semaine de test, il y a eu 700 vaccinations alors qu'on disposait déjà de 10.000 doses. La semaine dernière, la Belgique a reçu 83.000 doses. Seulement, 22.000 personnes ont été vaccinées", regrette la députée cdH.

Le vaccin Pfizer-BioNTech, rappelons-le, a été finalisé le 18 novembre 2020, annoncé " à 95% efficace ". La Grande-Bretagne, qui ne dépend plus de l'Union européenne, a approuvé le vaccin début décembre et immédiatement commandé 40 millions de doses. Israël a eu sa première livraison le 9/12 et a vacciné près de 15% de la population via des infrastructures qui travaillent jour et nuit. Les Israéliens ont même dû freiner un peu de peur de ne pas avoir suffisamment de doses pour la seconde dose. Les Etats-Unis ont réagi à peu près aussi rapidement. L'Union européenne a attendu le 27 décembre avant de commander 200 millions de doses mais aurait pu en commander 500 millions.

En Belgique, nos aiguilles à 6 doses sont formidablement efficaces mais l'État fédéral est responsable de l'achat et de la distribution des vaccins et les entités fédérées du processus et de l'organisation sur le terrain.

Selon Dirk Ramaekers, président de la Task Force vaccination, le nombre des vaccins et le timing de leur arrivée sur le marché aussi reste incertain. Celui de Pfizer a finalement reçu son feu vert une semaine plus tôt que prévu. Ce sont à présent 89.000 doses par semaine qui vont être livrées à partir de début janvier, après la promesse de 600.000 puis 325.000 doses. Ce n'est que la semaine dernière que l'entreprise a donné les garanties nécessaires pour le calendrier de livraison des trois prochains mois. "C'est pour cette raison qu'en décembre, nous avons décidé de ne pas utiliser immédiatement toutes les doses disponibles au risque de ne pas pouvoir en administrer une deuxième : nous attendions d'avoir des assurances plus tangibles. C'est désormais le cas. "

Tous vaccinés en octobre

Après les maisons de repos, la Belgique va vacciner le personnel de soins dont le taux d'infection est d'environ 16% puis les personnes de 65+ et celles avec comorbidité à raison d'un centre pour 100.000 habitants puis par 50.000 habitants bientôt 7 jours sur 7. Le problème est de repérer par exemple les diabétiques. Ils ne sont pas répertoriés pas plus que les patients rénaux sauf dans les Dossiers médicaux informatisés des généralistes.

Les 4-5 millions de personnes adultes " globalement en bonne santé " seront vaccinées à partir de juin, sans qu'on sache dans quel ordre. Les moins de 16 ans ne seront pas vaccinés pas davantage que les femmes enceintes ou allaitantes ou encore des personnes souffrant de fièvre et d'infection aiguë.

Tous les Belges devraient être vaccinés vers... septembre/octobre. Chi va piano va sano, répète-t-on un peu partout. En attendant, si le nouveau variant arrive en Belgique " avec les mêmes mesures qu'aujourd'hui, on est en phase exponentielle ", avertit Emmanuel André dans Le Soir.

Bref, cette année 2021 s'annonce aussi compliquée que 2020 même si on voit, pour la première fois, le bout du tunnel.

N.d.P./V.C./G.V.

Our World In Data calcule le nombre total de doses de vaccins administrées dans la population pour 100 habitants. Il s'agit du nombre de doses et pas du nombre de personnes vaccinées, dépendant de personnes susceptibles d'avoir déjà reçu plus d'une dose.Le graphique est sans appel : avec 0,46 doses administrées par 100 habitants au 14 janvier, la Belgique est en retard. La France avec 0,21 doses ne s'en sort pas beaucoup mieux. Le Figaro il y a quelques jours, y voyait la preuve du " déclassement de la France ". Israël, en tête, en est à 38 doses/100.000 habitants. Sidérant.En Flandre, Daardaar explique que la vaccination est ralentie par les lenteurs de l'administration et... le copinage. Ainsi, de la maison de repos située à Puurs, à deux pas de l'usine qui produit les vaccins Pfizer. " Le vaccin doit faire un voyage administratif de plusieurs mois depuis l'usine Pfizer de Puurs vers l'Europe, puis vers la Belgique, puis vers la Flandre, ses hubs et ses congélateurs et finalement vers Puurs et les maisons de repos qu'on fournit à son aise, comme on livrerait un chargement de boissons fraîches. "Dans notre édition à paraître jeudi 13 janvier, le Dr Catherine Fonck explique : " Le rythme de démarrage de la campagne de vaccination est très lent. Or, la vaccination est vraiment une course contre la montre pour éviter des décès et des maladies graves liées au Covid, pour réduire l'impact majeur de la crise sur le plan socio-économique et les effets sur la santé mentale de la population. Il faut absolument accélérer cette campagne de vaccination. Durant la semaine de test, il y a eu 700 vaccinations alors qu'on disposait déjà de 10.000 doses. La semaine dernière, la Belgique a reçu 83.000 doses. Seulement, 22.000 personnes ont été vaccinées", regrette la députée cdH.Le vaccin Pfizer-BioNTech, rappelons-le, a été finalisé le 18 novembre 2020, annoncé " à 95% efficace ". La Grande-Bretagne, qui ne dépend plus de l'Union européenne, a approuvé le vaccin début décembre et immédiatement commandé 40 millions de doses. Israël a eu sa première livraison le 9/12 et a vacciné près de 15% de la population via des infrastructures qui travaillent jour et nuit. Les Israéliens ont même dû freiner un peu de peur de ne pas avoir suffisamment de doses pour la seconde dose. Les Etats-Unis ont réagi à peu près aussi rapidement. L'Union européenne a attendu le 27 décembre avant de commander 200 millions de doses mais aurait pu en commander 500 millions.En Belgique, nos aiguilles à 6 doses sont formidablement efficaces mais l'État fédéral est responsable de l'achat et de la distribution des vaccins et les entités fédérées du processus et de l'organisation sur le terrain.Selon Dirk Ramaekers, président de la Task Force vaccination, le nombre des vaccins et le timing de leur arrivée sur le marché aussi reste incertain. Celui de Pfizer a finalement reçu son feu vert une semaine plus tôt que prévu. Ce sont à présent 89.000 doses par semaine qui vont être livrées à partir de début janvier, après la promesse de 600.000 puis 325.000 doses. Ce n'est que la semaine dernière que l'entreprise a donné les garanties nécessaires pour le calendrier de livraison des trois prochains mois. "C'est pour cette raison qu'en décembre, nous avons décidé de ne pas utiliser immédiatement toutes les doses disponibles au risque de ne pas pouvoir en administrer une deuxième : nous attendions d'avoir des assurances plus tangibles. C'est désormais le cas. "Après les maisons de repos, la Belgique va vacciner le personnel de soins dont le taux d'infection est d'environ 16% puis les personnes de 65+ et celles avec comorbidité à raison d'un centre pour 100.000 habitants puis par 50.000 habitants bientôt 7 jours sur 7. Le problème est de repérer par exemple les diabétiques. Ils ne sont pas répertoriés pas plus que les patients rénaux sauf dans les Dossiers médicaux informatisés des généralistes. Les 4-5 millions de personnes adultes " globalement en bonne santé " seront vaccinées à partir de juin, sans qu'on sache dans quel ordre. Les moins de 16 ans ne seront pas vaccinés pas davantage que les femmes enceintes ou allaitantes ou encore des personnes souffrant de fièvre et d'infection aiguë.Tous les Belges devraient être vaccinés vers... septembre/octobre. Chi va piano va sano, répète-t-on un peu partout. En attendant, si le nouveau variant arrive en Belgique " avec les mêmes mesures qu'aujourd'hui, on est en phase exponentielle ", avertit Emmanuel André dans Le Soir.Bref, cette année 2021 s'annonce aussi compliquée que 2020 même si on voit, pour la première fois, le bout du tunnel.N.d.P./V.C./G.V.