...

Le Conseil Supérieur de la Santé estime lundi que les bénéfices de la vaccination des nourrissons contre le rotavirus dépassent de le loin les risques liés aux effets secondaires (invagination). Le CSS s'est penché sur ce vaccin après la suspension en France des recommandations de vaccination contre cette infection par le Haut Conseil de Santé Publique en mai dernier. Pour mémoire, le rotavirus est une maladie très contagieuse qui provoque de la diarrhée pendant trois à huit jours, des vomissements et une légère fièvre. Le vaccin contre cette infection est commercialisé en Belgique depuis 2006 et est intégré au cahier de vaccination depuis 2007.Les risques liés à la vaccination contre le rotavirus sont très faibles souligne le CSS, de l'ordre de 1 à 5 par 100.000 nourrissons vaccinés. "Etant donné ce très faible risque et l'impact positif majeur de cette vaccination sur le nombre d'hospitalisations, de recours aux soins d'urgence et, dans certaines circonstances, de décès associés aux infections au rotavirus chez des enfants non vaccinés, il demeure toujours d'actualité que les bénéfices de la vaccination contre le rotavirus dépassent de loin les risques liés aux invaginations", indique le CSS.En Belgique, 31 cas d'invagination intestinale aigüe ont été notifiés à l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) entre la mise sur le marché et 2015, dont 22 ont nécessité une intervention chirurgicale. Le CSS affirme en la matière avoir confiance "quant à la gestion par notre système médical des cas d'invagination, qu'il s'agisse de cas spontanés ou induits par les vaccins".Les vaccins contre le rotavirus sont le RotaTeq ou Rotarix, et le CSS ne fait pas état de différence d'efficacité ou d'effets secondaires entre les deux produits.