...

Après une phase de développement et d'études chez l'homme, des stents pharmacologiques totalement résorbables après 2 ans sont désormais disponibles pour traiter les rétrécissements des artères coronaires. Pratiquement, il s'agit de prothèses non plus métalliques, mais constituées d'un polymère biodégradable d'acide lactique (un acide organique naturel). Jouant un rôle d'échafaudage et de cicatrisation du vaisseau sanguin pendant six mois, il se résorbe progressivement et disparaît au bout de dix-huit mois.La pose de ces stents demande une grande précision. De par leur nature radio-transparente, il est indispensable d'implanter un stent dont le diamètre correspondra exactement à celui de l'artère ré-ouverte. Cette dernière révolution ouvre de nouvelles perspectives avec, à l'avant plan, un retour à une fonction normale de l'artère dilatée après la dissolution complète du matériel. Ces stents devraient permettre un meilleur suivi radiologique par scanner coronaire, dans la mesure où l'artère traitée ne présentera plus de métal qui arrête les rayons X. Cette innovation thérapeutique, désormais proposée à l'Hôpital Erasme à des patients coronariens rencontrés en pratique cardiologique quotidienne, est non seulement extrêmement prometteuse, mais confirmera très vraisemblablement sa supériorité aux stents métalliques dans les prochaines années.