...

Ainsi, il a écopé en 2001 à Namur de quatre ans de prison pour avoir dirigé une maison médicale. On lui reproche cette fois, entre autres, d'avoir effectué plus de 800 prélèvements sanguins après s'être fait engager par l'Institut de biologie clinique de l'ULB. Cet institut a changé ses procédures après le cas de Joseph V., pour éviter qu'un couac semblable puisse se reproduire: le prévenu avait rédigé une simple déclaration sur l'honneur expliquant qu'il avait fait des études de chirurgie aux Etats-Unis, et que des démarches administratives étaient en cours pour faire reconnaitre ses diplômes en Europe.C'est comme cela qu'il a signé une convention avec l'ULB pour procéder à des prélèvements de sang. Il avait aussi produit, à l'appui de sa candidature, une assurance couvrant ce type d'actes médicaux. Une assurance contractée en se prévalant d'une (imaginaire) qualité de médecin. Or, le prévenu a échoué en première candi de médecine à la VUB et n'a pas de diplôme médical.Un minimum de quatre ans de prison a été requis contre lui. Le jugement sera rendu le 18 avril.