Le traitement est passé par les fourches caudines de l'Agence européenne du médicament (contrôle de l'efficacité) et de la Commission de remboursement du médicament de l'Inami (accord sur le remboursement en fonction d'une balance coût-efficacité). Le ministre de la Santé a donné son accord final.

Cette thérapie génique, Luxturna, est indiquée pour le traitement des adultes et des enfants présentant une perte visuelle due à une dystrophie rétinienne héréditaire résultant de mutations confirmées du gène RPE65 et possédant suffisamment de cellules rétiniennes viables.

" Ce traitement ne permet pas de guérir l'affection, mais il permet de stopper la dégénération et apporte une amélioration clinique manifeste de la vue, ce qui signifie beaucoup pour l'autonomie du patient, mais aussi pour ses proches qui l'épaulent au quotidien ", se réjouit le ministre Vandenbroucke. " Cette thérapie consiste en un traitement unique de deux injections, qui coûtent chacune d'elles 345.000 euros, soit un montant total de 690.000 euros. "

Le remboursement a été accordé pour une période provisoire de trois ans. Le ministre espère que le remboursement sera ensuite définitif mais, précise-t-il encore, " il est important d'y aller étape par étape, surtout lorsque de tels montants sont en jeu ".

Le traitement est passé par les fourches caudines de l'Agence européenne du médicament (contrôle de l'efficacité) et de la Commission de remboursement du médicament de l'Inami (accord sur le remboursement en fonction d'une balance coût-efficacité). Le ministre de la Santé a donné son accord final.Cette thérapie génique, Luxturna, est indiquée pour le traitement des adultes et des enfants présentant une perte visuelle due à une dystrophie rétinienne héréditaire résultant de mutations confirmées du gène RPE65 et possédant suffisamment de cellules rétiniennes viables." Ce traitement ne permet pas de guérir l'affection, mais il permet de stopper la dégénération et apporte une amélioration clinique manifeste de la vue, ce qui signifie beaucoup pour l'autonomie du patient, mais aussi pour ses proches qui l'épaulent au quotidien ", se réjouit le ministre Vandenbroucke. " Cette thérapie consiste en un traitement unique de deux injections, qui coûtent chacune d'elles 345.000 euros, soit un montant total de 690.000 euros. " Le remboursement a été accordé pour une période provisoire de trois ans. Le ministre espère que le remboursement sera ensuite définitif mais, précise-t-il encore, " il est important d'y aller étape par étape, surtout lorsque de tels montants sont en jeu ".