...

La bourgmestre a assisté au dépistage des occupants du squat. Les conseillers en prévention de la commune, de la police et du CPAS ayant été en contact avec les occupants ont également bénéficié du test.Début avril, la commune avait été avertie qu'un cas de tuberculose s'était déclaré au sein de l'immeuble. Le patient avait été hospitalisé à l'hôpital Saint-Pierre.Plusieurs cas de gale ont par ailleurs été signalés. Une dizaine de médecins encadrent depuis lors la situation sanitaire. Des cartes médicales sont octroyées à tout demandeur qui peut en bénéficier.La bourgmestre assure que depuis le début de l'occupation fin juin, la cellule Logement de la commune surveille la salubrité. La police contrôle également la sécurité, et le CPAS se charge de l'hygiène et de la santé. "Il apparaît toutefois que la situation s'est détériorée ces dernières semaines", a indiqué Françoise Schepmans.Cet ancienne résidence pour personnes âgées est occupée par 150 à 200 personnes qui forment le collectif "La voix des sans papiers".Une procédure visant à faire évacuer l'immeuble a été lancée. Mais celle-ci n'a pas abouti, car la détermination du propriétaire à faire exécuter la décision doit être évaluée au préalable.La commune rappelle que pour être transmise, la tuberculose nécessite un contact prolongé et intense avec la personne infectée.