...

Après son retour de Bosnie, il a développé un cancer de la thyroïde, à l'époque où le syndrome des Balkans était encore inconnu. Traité et guéri, il a ensuite été reconnu apte au service. Mais après une mission qui s'est mal déroulée au Liban en 2007, son cancer s'est à nouveau développé en même temps que d'autres maladies."Toutes ces maladies sont liées au fait que Frédéric Dichamp a été exposé à l'utilisation d'uranium appauvri lors de sa mission en Bosnie. Mais en Belgique, contrairement à ce qui s'est produit avec les militaires italiens, néerlandais et anglais, le SPF Défense refuse de reconnaître que ses hommes ont été exposés", a précisé l'avocat de ce militaire, Me Jean-Pierre Jacques.Invalide à 75%, Frédéric Dichamp tente d'obtenir une pension de réparation. "L'armée n'endosse que 15% de l'invalidité et rejette l'invalidité liée au cancer. Elle nie la problématique de l'utilisation d'uranium appauvri", regrette Frédéric Dichamp, dont le dossier doit être examiné par une commission d'appel.