...

Le Quotidien du médecin écrit : " Grèves, manifestations, chartes de solidarité, actions de sensibilisation auprès du public... À travers toute la France, de nombreux médecins se mobilisent pour protester contre la loi de santé du gouvernement et sa mesure phare, le tiers payant généralisé. Ces actions témoignent du ras-le-bol des praticiens de terrain et s'inscrivent la plupart du temops en dehors de tout encadrement syndical. "C'est surtout en région parisienne, à Nantes, à Quimper (Bretagne) et dans les régions entre Dijon et Lyon ainsi que dans les Pyrénées que la grogne est la plus manifeste.MG-France appelle à une grève " reconductible " à partir d'octobre contre le TP généralisé en 2017, mesure phare de la Loi santé de Marisol Touraine, la ministre de la Santé publique. En parallèle, les MG envisagent une action au conseil d'Etat pour obtenir la consultation à 25 euros au lieu de 23 actuellement. Les MG perdraient en moyenne 9.000 euros de recettes.Ils envisagent toujours un " blocage sanitaire " cet automne.En parallèle, l'UNOF (branche généraliste de la CSMF, principal syndicat de médecins) continue ses actions de désobéissance civile, soit le refus d'appliquer le tiers-payant sauf pour raisons sociales. Le TP pour les ACS (bénéficiaires de la complémentaire santé, sorte de Bim) risque selon l'UNOF de déboucher sur une catastrophe technique. C'est une " usine à gaz inapplicable " qui donnera aux MG l'avant-goût de ce que sera le TP généralisé dans quelques années, affirme le président de l'UNOF, le Dr Luc Dusquenel.