Selon Test-Achats, pas moins de 100.000 Belges sont confrontés annuellement à une infection liée aux soins qu'ils ont contractée pendant leur séjour à l'hôpital. "Chaque année, environ 3.000 patients dans notre pays meurent des conséquences d'une infection hospitalière, telle que l'infection par un virus, une bactérie ou un champignon, qu'ils ont contractée au cours d'une hospitalisation. Si nous incluons également les infections dans les centres de revalidation ou les maisons de retraite, par exemple, ce nombre peut être deux fois plus élevé", selon l'organisation.

Des recherches récentes montrent que l'hygiène peut être bien meilleure en Belgique. Il ne s'agit pas seulement d'une bonne hygiène des mains. "En Belgique, par exemple, il a été constaté que moins d'un tiers des professionnels de la santé, médecins et infirmiers interrogés appliquaient toutes les mesures préventives recommandées lors de la pose d'un cathéter veineux central (CVC), qui est une cause majeure d'infections liées aux soins de santé. On estime que le nombre d'infections associées aux soins de santé pourrait être réduit d'au moins un tiers grâce à des procédures d'hygiène plus strictes", d'après Test-Achats.

Test-Achats estime que le patient a le droit de choisir un établissement de santé sur base de résultats publics au sujet du nombres d'infections associées aux soins de santé dans chaque hôpital. "Nous voulons plus de transparence sur les rapports d'inspection et les mesures de qualité. Les patients devraient pouvoir consulter librement ces résultats afin de pouvoir choisir où ils se soumettront à certains examens ou traitements. Bien que vous puissiez en savoir plus sur la manière dont les hôpitaux évaluent certains paramètres d'hygiène, vous ne pouvez pas les comparer sur la base des paramètres les plus pertinents tels que la fréquence de certaines infections de soins de santé", ajoute encore Martine Van Hecke.