...

La MC a publié hier un communiqué demandant aux médecins de " respecter la loi en matière de suppléments ". Premier point : certains pratiqueraient des suppléments en contravention avec la réglementation. Moens : " S'il s'agit d'honoraires au-dessus des tarifs demandés (ce que les mutuelles appellent 'supplément') par des chirurgiens plastiques déconventionnés qui ont averti préalablement leur patient, c'est parfaitement légal. "2. La MC dénonce la situation de patients obligés de signer des formulaires qui mentionnent erronément que certains frais ne sont pas couverts par l'assurance maladie. " Chaque patient pris en charge doit de par la loi signer une document. Dans celui-ci, il est précisé ce qui est couvert par l'assurance maladie et ce qui ne l'est pas. Ceci n'a rien d'illégal. Certes, ces documents pourraient être simplifiés mais ceci est de la compétence de la ministre de la Santé publique et du SPF Santé publique.3. Le médecin doit appliquer correctement la loi, souligne la CM. " Pour les tribunaux, l'Inami et l'Absym, les médecins doivent en effet appliquer la loi. Mais les mutuelles sont aussi tenues légalement de ne pas répandre dans la presse des informations fautives et mensongères visant clairement à ternir l'image des médecins et monter les patients contre leur médecin traitant. "Moens affirme que le communiqué de la MC relève de la pure stratégie : Il s'agit au fond, selon Moens, de cacher aux membres que l'assurance hospitalisation de la MC ne couvre pratiquement rien et faire les économies de 20 millions demandées sur ses coûts administratifs sur le dos du patient en lui refusant des thérapies nécessaires. " L'Absym ne voit plus l'intérêt qu'il y a de se mettre à la même table pour encore négocier avec un partenaire menteur et si peu digne de confiance ", conclut Moens.