...

Ce ressortissant belge pratiquant sur la Côte vaudoise avait écopé en juillet 2020 de 21 mois de prison avec sursis, assortis d'une amende de 3.000 francs suisses. Le Tribunal cantonal avait confirmé cette sanction en novembre 2020. Selon l'arrêt du Tribunal fédéral publié vendredi, la victime, une jeune femme âgée alors d'une vingtaine d'années, avait commencé à suivre un traitement par acupuncture auprès du condamné dès septembre 2013. Les consultations avaient dérapé en février 2014, jusqu'à ce que le thérapeute entretienne des relations sexuelles avec sa patiente et une liaison jusqu'en octobre 2014. Dans ses considérants, la Cour de droit pénal réfute tous les griefs du recourant qui contestait aussi bien l'abus de la détresse que la tentative de contrainte. La justice vaudoise a fondé sa conviction non seulement sur les déclarations de la victime mais aussi sur des courriels et des WhatsApp et des témoignages de tiers. Les juges de Mon Repos se rangent aussi derrière la thèse de l'instance précédente selon laquelle la patiente présentait une fragilité psychologique et que le médecin en était parfaitement conscient. Dans ces conditions, il devait s'abstenir de toute relation d'ordre sexuel en raison du lien de dépendance qui existait entre les deux parties.Belga