...

Au regard des événements récents - l'exclusion des fumeurs d'un traitement contre la fibrose pulmonaire -, le laboratoire citoyen estime en particulier que " la façon de vivre ne doit pas être un critère général pour exclure des gens du remboursement. Mais la politique de la santé doit bien les inciter à une vie saine ".La Fondation Roi Baudouin estime que " face à cet Agenda pour le changement, les responsables politiques et les autres décideurs pourront difficilement passer outre l'opinion critique des citoyens ".Le virage radical demandé par les citoyens s'exprime au travers de 7 idées-clés :1. Il faut prendre des décisions en matière de remboursement des soins qui se fondent moins sur le passé et qui tiennent compte des intérêts et des considérations de toutes les parties concernées et bien sûr des patients.2. La décision de rembourser ou non des médicaments ou des traitements doit dépendre de commissions multidisciplinaires (comme au sein du Comité d'assurance de l'Inami).3. Les demandes de remboursement de médicaments et de traitements doivent être ouvertes aux citoyens-patients et pas réservées aux firmes pharmaceutiques, aux médecins et aux hôpitaux.4. La politique de santé s'adresse au patient formant un tout et pas seulement à des pathologies.5. Il faut mettre l'accent sur la prévention, la promotion de la santé et l'éducation à la santé.6. Il faut viser la qualité de vie plutôt que la prolongation de la vie (sous-entendu : en mauvaise santé).7. Une cartographie des besoins en matière de soins et de bien-être est indispensable. Réactions politiques La ministre De Block a réagi au quart de tour. "J'ai lu que les décisions, dans ce cas-ci les décisions en matière de remboursement des médicaments et des thérapies, étaient encore trop souvent prises par des comités et des commissions monodisciplinaires. Et il y a là beaucoup de vérité. Il est clair que nous devons évoluer vers davantage de collaboration, multidisciplinaires et qui dépasse les limites, entre organes de concertation. "La ministre ira-t-elle plus loin que des considérations théoriques? La FRB l'affirme en la citant : " Lors de la composition de la liste 2016 des besoins médicaux non rencontrés, la Commission d'avis en cas d'intervention temporaire (CAIT) et le Collège des médecins directeurs ont pris la qualité de vie comme un des principaux facteurs de pondération. Ils se sont pour cela basés sur les conclusions du Labo citoyen de la Fondation Roi Baudouin ainsi que sur les travaux du KCE. "Alda Greoli, la cheffe de cabinet du ministre wallon de la Santé et de l'Action sociale Maxime Prévot, a souligné que la méthodologie du Laboratoire citoyen " montre bien que la solidarité est le meilleur moyen de conjuguer nos égoïsmes ". Elle note que la demande de prévention s'accorde avec la 6e Réforme de l'Etat.Enfin, les (nombreuses) autorités compétentes bruxelloises expriment leur " adhésions aux valeurs sociétales exprimées par les citoyens, solidarité, justice, responsabilité "...