...

La première ligne est de plus en plus confrontée à des patients qui souffrent de troubles psychiques, mais ils ne sont pas toujours armés pour leur venir en aide. Pour cette raison, de nouvelles pratiques ont vu le jour sur le terrain, visant à mieux intégrer la santé mentale dans la première ligne. Elles bénéficient tant aux patients qu'aux prestataires de de soins de santé et de l'aide.Il existe actuellement de nombreux freins à une prise en charge adéquate des personnes psychiquement vulnérables dans la première ligne : le manque de collaboration intersectorielle, le manque de connaissances en santé mentale, ou encore une dissociation entre soin de santé physique et psychique. Néanmoins, les compétences en santé mentale sont indispensables : elles contribuent à des soins de meilleure qualité, offrent une aide plus rapide (et, par la même occasion, désengorgent les soins de deuxième ligne) et permettent à davantage de personnes avec des troubles psychiques de rester à la maison (et donc, de ne pas intégrer un établissement de soins (psychiatriques).Conscients de ces enjeux, la Fondation Roi Baudouin, les Fonds Julie Renson, Reine Fabiola et Dr. Daniël De Coninck se sont unis pour récompenser six initiatives avec le Prix 'Santé mentale dans la première ligne'. Ceci afin de mettre à l'honneur la première ligne d'une part et de promouvoir des pratiques de terrain innovantes qui oeuvrent à une meilleure intégration des deux secteurs d'autre part.6 pratiques inspirantesLes six initiatives ont chacune bénéficié d'un soutien de 10.000 euros 1. L'asbl SMES-B à Bruxelles, qui a mis en place une équipe mobile pluridisciplinaire d'appui aux travailleurs psycho-médico-sociaux de première ligne. Cette équipe soutient les professionnels du secteur social et de la santé dans leur mission d'accueil et d'accompagnement de personnes qui cumulent des problèmes liés à la grande précarité, à la santé mentale et aux addictions.2. l'asbl Trempoline à Châtelet qui organise des Groupes de Solidarité pour entourage de personnes dépendantes. Des aidants proches de personnes souffrant de toxicomanie sont impliqués dans la formation en santé mentale des acteurs de première ligne. L'initiative renforce la collaboration entre les consommateurs, leur entourage et les professionnels accompagnants.3. Het Kruispunt à Maasmechelen, créé par le Cpas. Il s'agit d'un réseau local de santé mentale auquel peuvent s'adresser les personnes avec des (sévères) troubles psychiques. 4. Verslavingskoepel Kempen, en Campine, où des experts du vécu partagent leur expérience avec des professionnels de la première ligne d'aide et des soins confrontés à des personnes souffrant de problèmes d'addiction. 5. Connect 0-4 à Gand, une initiative qui soutient les professionnels de la première ligne faisant face à des questions de santé mentale chez des enfants en bas âge. Un duo est formé avec un accompagnateur de Connect 0-4, qui analyse la situation de l'enfant, cherche des solutions et oriente vers les services adéquats. 6. Het Pakt à Gand également, où des travailleurs mobiles en santé mentale créent des ponts entre des personnes qui vivent dans des quartiers précarisé et qui souffrent de troubles psychiques, et des organisations de première ligne amenées à les aider.