...

La clé de répartition contenue dans le projet de décret du ministre Marcourt basée sur le nombre d'inscrits en 1er BAC les 6 dernières années (et non sur la cohorte de diplômés) propose en effet 20,88% pour l'ULg, 27,06% pour l'UCL , 18,94% pour l'ULB, 11,15% pour l'UMons et 21,97% pour l'UNamur.Si on distribue 1.716 numéros en 2016, tenant compte du nouveau cadastre et des taux d'échec, la Fédération Wallonie-Bruxelles en recevrait 40%, soit, selon un calcul du quotidien Le Soir, 143 médecins à l'ULg, 186 à l'UCL, 130 à l'ULB, 76 à l'UMons et 151 à l'UNamur."C'est la clé la plus désavantageuse pour l'ULB", renchérit, toujours dans Le Soir, Yvon Englert, l'actuel doyen de la Faculté de médecine de l'ULB.L'ULB perd 32 diplômés par rapport à la clé de 2005 mais Mons en gagne 36.Ce dernier s'insurge contre les plaintes de l'ULB : le calcul basé sur les inscriptions en 1er BAC des 6 dernières années lèse de facto l'UMons et l'Unamur qui ont vu récemment leur nombre d'inscrits monter en 1ère année de médecine. A Mons, le nombre de Français inscrits fait partie de l'équation.Quant au débat sous-jacent : qualité contre quantité, les deux "petites" facultés soulignent que leurs étudiants sont aussi performants que ceux de l'ULB et de l'UCL lorsqu'ils quittent Mons et Namur pour poursuivre leurs études à Bruxelles, Louvain en Woluwé ou Liège.