...

Le plan MASH (plan de mise en alerte des services hospitaliers) a été déclenché mardi vers 08H00 dans la région bruxelloise, ont indiqué plusieurs hôpitaux régionaux. Le plan MASH consiste à évaluer la capacité d'accueil et de traitement. "Il s'agit d'optimiser la répartition des blessés en fonction de l'épicentre de l'événement", a expliqué Sophie Coppens, directrice de la communication à l'hôpital Erasme. "En l'occurrence, c'est Saint-Luc et la KUL qui sont les plus proches et les plus concernés. Ils devraient accueillir les patients les plus sérieusement touchés. L'hôpital Erasme serait en deuxième ligne pour accueillir les patients qui seraient choqués".Le service de communication de l'hôpital Saint-Pierre précise que des réunions sont en cours pour s'organiser en interne.Le bilan de la situation n'a pas encore été communiqué à l'hôpital Saint-Luc. Maggie De Block rend hommage aux victimes MAggie De Block a présenté ses condoléances à toutes les familles des victimes. "Je remercie particulièrement nos prestataires de soins qui s'investissent à cent pour cent, " déclare Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique. "L'aide médicale après les attentats a été très rapide ce matin. Toutes les victimes ont été rapidement transférées vers les hôpitaux qui ont pu leur donner les meilleurs soins vu leurs blessures."Immédiatement après l'attentat à Zaventem, le plan d'intervention médicale de la province du Brabant flamand a été déclenché. Les services d'urgence des hôpitaux bruxellois ont apporté leur aide à l'aéroport. Et le centre de coordination de crise du Service Public Fédéral Santé publique a demandé aux hôpitaux des provinces avoisinantes d'envoyer du renfort. "Cela signifie que des ambulances et des SMUR se trouvent le long des autoroutes à des points fixes et sont prêts à offrir de l'aide. Le renfort en provenance du Hainaut a été rapidement prêt à Nivelles, celui en provenance d'Anvers à Puurs et celui en provenance de la Flandre orientale à Grand-Bigard."Les victimes de l'attentat de Zaventem ont été évacuées vers les 15 hôpitaux d'Anvers, du Brabant Flamand et du Limbourg pour ne pas charger immédiatement les hôpitaux de Bruxelles."Après le deuxième attentat dans la station de métro Maelbeek, le plan médical d'urgence a été déclenché à Bruxelles et les équipes médicales des provinces, le renforcement qui se tenait prêt à proximité de Bruxelles, ont offert leur aide. Tous les hôpitaux universitaires du pays ainsi que les hôpitaux du Brabant Flamand ont lancé leur plan d'urgence à la demande du centre de coordination. Les victimes de l'attentat de la station de métro ont été transportées dans les hôpitaux bruxellois. La France a également offert son aide : 10 services SMUR et deux hélicoptères. La Santé publique n'a pas encore dû faire appel à cette aide." Les services de secours font le point Les services de secours ont également fait le point vers 14 h 50.Au niveau de l'aéroport de ZAventemL'alerte a été donnée au centre d'appel de Louvain. Ce sont les pompiers de Zaventem (zone de secours Vlaams-Brabant West) qui sont arrivés les premiers sur les lieux. Ceux-ci ont prévenu les pompiers bruxellois, dont les premiers véhicules sont arrivés sur place à 8h27. 15 minutes après le premier appel, une dizaine de véhicules étaient sur le site de l'aéroport. A cela s'ajoute une dizaine d'ambulances (ambulances normales et avec médecins) arrivées en renfort rapidement. En tout, c'est une vingtaine de véhicules des pompiers bruxellois qui sont intervenus sur le lieu de la première attaque. Au métro MaelbeekL'explosion a eu lieu dans une rame de métro au niveau de la station Maelbeek. Le premier appel est arrivé à la centrale SIAMU de Bruxelles à 9h12. Les premiers véhicules sont arrivés sur place à 9h33. L'intervention dans la station a dû momentanément être interrompue à cause du travail de déminage. Grosse mobilisation des pompiers Les pompiers de garde ont été appelés rapidement en renfort. A ceux-ci se sont rajoutés plusieurs dizaines de pompiers qui se sont spontanément présentés aux casernes des postes avancés. Des ambulances en provenance notamment de La Hulpe, de Namur et du Hainaut sont également arrivées en renfort à Bruxelles. Les blessés ont été transportés vers les différents hôpitaux, tandis que les brûlés ont été envoyés vers l'hôpital militaire de Neder-Over-Hembeeck et d'autres hôpitaux spécialisés dans le traitement des brûlures. Le dispatching des blessés a été géré en collaboration avec le Dir-Med (responsable médical des interventions au niveau fédéral). " Des procédures d'urgence existent et celles-ci ont été correctement suivies. Je me suis rendue ce matin à la Caserne de l'Etat-major pour faire le point sur la situation. Nous continuons à mettre tout en oeuvre pour venir en aide aux victimes, étant donné que les interventions sont toujours en cours. Je voudrais d'ailleurs exprimer mon soutien aux forces de secours et de sécurité pour leur travail. Toutes mes pensées vont aux familles et proches des victimes. Nous sommes toutes et tous bouleversé(e)s par ce déferlement de violence. " explique Cécile Jodogne, Secrétaire d'Etat à la lutte contre l'incendie et l'aide médicale urgente de la Région de Bruxelles-Capitale.