Ce que l'on apprend surtout, c'est que les ministres ont débattu de l'outbreak management. Il s'agit de détecter précocement des infections afin de pouvoir y réagir rapidement. " Il s'agit d'une des principales préoccupations de cette gestion de crise ", exprime la CIM Santé publique. Elle appartient à la " deuxième ligne de défense " et est coordonnée depuis la "tour de contrôle" que constitue Sciensano, en collaboration avec les entités fédérées.

Les trois principales activités de cette tour de contrôle sont la détection de signaux, l'analyse épidémiologique et la classification en niveaux de pré-alarme et alarme. Chaque niveau doit mener à des actions et mesures spécifiques. À cet égard, la CIM souligne que les actions et mesures doivent être prises aussi localement que possible et qu'une attention particulière doit être accordée aux groupes vulnérables. Pour chaque niveau de menace, des critères d'évaluation ont également été définis pour retirer progressivement les mesures. Par exemple, des outbreak teams peuvent être déployées pour évaluer la situation sur place et adapter les mesures.

La vaccination

La CIM a ensuite pris une décision sur la politique de vaccination tant pour le Covid-19 que la grippe saisonnière.

Concernant la grippe saisonnière, la CIM se rallie à l'avis du Conseil supérieur de Santé (CSS) concernant les groupes prioritaires à vacciner contre la grippe saisonnière (lire ici).

Concernant le Covid-19, de plus en plus de dossiers sont soumis au niveau européen pour la mise sur le marché de vaccins. " La Belgique participe aux discussions européennes en la matière et s'appuie sur un comité d'avis indépendant constitués d'experts belges pour les dossiers individuels. Afin de suivre et de coordonner au maximum les deux politiques de vaccination, la concertation interfédérale sera encore intensifiée au sein d'un groupe de travail intercabinets ", expriment les ministres.

Ce que l'on apprend surtout, c'est que les ministres ont débattu de l'outbreak management. Il s'agit de détecter précocement des infections afin de pouvoir y réagir rapidement. " Il s'agit d'une des principales préoccupations de cette gestion de crise ", exprime la CIM Santé publique. Elle appartient à la " deuxième ligne de défense " et est coordonnée depuis la "tour de contrôle" que constitue Sciensano, en collaboration avec les entités fédérées.Les trois principales activités de cette tour de contrôle sont la détection de signaux, l'analyse épidémiologique et la classification en niveaux de pré-alarme et alarme. Chaque niveau doit mener à des actions et mesures spécifiques. À cet égard, la CIM souligne que les actions et mesures doivent être prises aussi localement que possible et qu'une attention particulière doit être accordée aux groupes vulnérables. Pour chaque niveau de menace, des critères d'évaluation ont également été définis pour retirer progressivement les mesures. Par exemple, des outbreak teams peuvent être déployées pour évaluer la situation sur place et adapter les mesures.La CIM a ensuite pris une décision sur la politique de vaccination tant pour le Covid-19 que la grippe saisonnière. Concernant la grippe saisonnière, la CIM se rallie à l'avis du Conseil supérieur de Santé (CSS) concernant les groupes prioritaires à vacciner contre la grippe saisonnière (lire ici).Concernant le Covid-19, de plus en plus de dossiers sont soumis au niveau européen pour la mise sur le marché de vaccins. " La Belgique participe aux discussions européennes en la matière et s'appuie sur un comité d'avis indépendant constitués d'experts belges pour les dossiers individuels. Afin de suivre et de coordonner au maximum les deux politiques de vaccination, la concertation interfédérale sera encore intensifiée au sein d'un groupe de travail intercabinets ", expriment les ministres.