...

"Basée sur le contrôle de la respiration volontaire du patient, cette technique permet de circonscrire les rayonnements de manière précise à la zone tumorale et augmente ainsi la sécurité et la qualité de la prise en charge du patient, explique la Clinique Saint-Jean. A l'aide d'un spiromètre et d'un logiciel de retranscription des mouvements respiratoires, le système SDX® détermine quand la zone tumorale est la mieux exposée aux radiations lors du cycle respiratoire du patient. Les apnées constituent à cet égard les meilleurs moments pour obtenir des images de qualité (non altérées par les mouvements respiratoires) et facilitent la planification dosimétrique."Ces radiothérapies sont particulièrement bien adaptées pour la région avoisinant le diaphragme (sein, poumon, foie, pancréas). "Les apnées optimisent la fenêtre de tir et permettent ainsi d'augmenter la dose de rayonnements sur la tumeur tout en diminuant le risque d'altérer les tissus sains avoisinants", cette technique réussit un double objectif, commente le Dr Sophie Cvilic, médecin-chef du service de radiothérapie.Avant sa première séance d'irradiation, le patient est formé à l'utilisation du spiromètre qui s'adapte à son cycle respiratoire et à ses fréquences d'apnée volontaire. Des lunettes vidéo lui sont proposées afin qu'il puisse visualiser et contrôler lui-même son apnée. En reproduisant le bon niveau d'apnée, il contribue au bon positionnement de l'organe à traiter et augmente la précision des rayonnements de la zone tumorale."Cette technologie thérapeutique encourage véritablement le patient à être acteur de son traitement. Via les données transférées sur les lunettes vidéo, le patient sait à quel moment retenir sa respiration et optimiser la fenêtre de tir des rayonnements. Leur participation active est un facteur de motivation non négligeable permettant d'optimiser la qualité du traitement à long terme", précise Dr Sophie Cvilic.