...

Originaire de Baltimore, à deux ans, Zion avait été amputé de ses mains et de ses jambes, au-dessous du genou, après une septicémie. Deux années plus tard, ses reins endommagés par l'infection avaient dû être remplacés par un greffon provenant de sa mère. Il avait alors été placé sous immunosuppresseurs pour empêcher le rejet du greffon, ce qui l'a mis dans de meilleures dispositions pour recevoir une greffe des mains quatre ans plus tard.Placé sur une liste d'attente en 2015 pour recevoir de nouveaux membres, c'est seulement trois mois après que l'enfant a pu être opéré grâce à un donneur compatible, alors que les dons d'organes chez les enfants sont pourtant rares.Menée par une équipe multidisciplinaire de 40 personnes (chirurgiens, infirmiers, assistants...), après une année de préparation, l'intervention, complexe, a duré plus de dix heures. L'équipe a été divisée en quatre groupes de travail : deux pour préparer les deux moignons de Zion et deux autres pour préparer les deux mains à greffer.Les spécialistes ont soudé les os du greffon (radius et cubitus) à ceux des avant-bras du patient à l'aide de plaques et de visses métalliques, puis ils ont délicatement connecté les veines et artères par chirurgie micro-vasculaire. Une fois les mains irriguées par le sang de leur nouveau propriétaire, les chirurgiens ont connecté les muscles, les tendons et les nerfs avant de refermer la peau avec des sutures plus fines qu'un cheveu. Finalement, les médecins ont entouré les nouveaux membres de Zion de bandages et d'atèles pour la cicatrisation.Selon le Dr Scott Levin, qui a dirigé ce travail de longue haleine, l'opération semble être un franc succès et la rééducation du jeune patient se déroule correctement. Il serait déjà capable de tenir une part de pizza entre ses nouveaux doigts et il dit avoir hâte de pouvoir lancer un ballon de football avec ses nouvelles mains.L'équipe soignante espère que Zion pourra bientôt rentrer chez lui mais il devra néanmoins continuer à subir un traitement anti-rejet jusqu'au moment où elle aura la certitude que son organisme a assimilé à 100% les greffons.Si la première greffe des deux mains et des deux avant-bras a eu lieu en janvier 2000 à Lyon, en France, au profit d'un peintre en bâtiment de 33 ans, si environ 70 patients dans le monde ont bénéficié depuis lors de ce type de transplantation et si la seule greffe de main réussie auparavant sur un enfant a été faite en 2000, en Malaisie, sur une petite fille née sans bras droit, c'est la première fois qu'une équipe médicale a pris le risque de greffer deux mains chez un enfant.