...

Le tabou entourant les transgenres disparaît progressivement en Belgique, ce qui incite de plus en plus de personnes à se tourner vers des soins spécialisés, explique le professeur Guy T'Sjoen, coordinateur du Centre pour la Sexologie et les Genres de l'UZ Gent. "En plus du médical, les aspects psychologiques et même juridiques font l'objet d'une attention croissante", explique le médecin. "L'hôpital universitaire de Gand travaille depuis 25 ans afin de rendre les soins transgenres aussi efficaces que possible. Cela implique une approche multidisciplinaire. Cela semble peut-être évident aujourd'hui, mais cela n'existe pas dans certains pays d'Europe.""Transgender Health Care in Europe" veut apporter du changement. Cette conférence de trois jours est le premier fait d'arme de la European Professional Association for Transgender Health (EPATH). Ce réseau a été mis sur pied l'an passé avec le soutien de l'Université de Gand et propose une plateforme à tous les professionnels d'Europe. "Avec succès, semble-t-il: plus de 350 experts de différentes disciplines se réuniront du 12 au 14 mars à Gand afin de partager leurs connaissances", se félicite l'université.EPATH ne se donne pas pour seul objectif de promouvoir les pratiques cliniques et la recherche, mais veut également combattre les discriminations, l'intolérance et les préjugés relatifs au monde transgenre. C'est pourquoi la conférence du jeudi 12 mars, qui se tiendra de 18 à 22h00, sera accessible au public.Plus d'informations sont disponibles à l'adresse www.epath.eu.