La Corée du Nord a annoncé dimanche son premier cas de contamination, chez une personne qui serait rentrée, selon les autorités, de Corée du Sud.

Mais un responsable des autorités sanitaires de Corée du Sud indique qu'aucun lien n'a été établi entre cette personne et des cas de contamination au virus. "Cette personne n'est pas enregistrée comme patient Covid-19 ni comme ayant eu des contacts avec des patients contaminés", a-t-il précisé, cité par Yonhap.

D'après l'armée sud-coréenne, l'individu aurait traversé la frontière à la nage depuis l'île de Gwanghwa, après être passé par des canalisations pour éviter les gardes.

Cette personne aurait fait défection et serait passé au sud illégalement il y a trois ans. Elle aurait à nouveau franchi illégalement la ligne de démarcation le 19 juillet dernier.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a convoqué samedi une réunion d'urgence du bureau politique pour adopter un "système d'urgence maximal et émettre une alerte de haut niveau".

La Corée du Nord a annoncé dimanche son premier cas de contamination, chez une personne qui serait rentrée, selon les autorités, de Corée du Sud. Mais un responsable des autorités sanitaires de Corée du Sud indique qu'aucun lien n'a été établi entre cette personne et des cas de contamination au virus. "Cette personne n'est pas enregistrée comme patient Covid-19 ni comme ayant eu des contacts avec des patients contaminés", a-t-il précisé, cité par Yonhap. D'après l'armée sud-coréenne, l'individu aurait traversé la frontière à la nage depuis l'île de Gwanghwa, après être passé par des canalisations pour éviter les gardes. Cette personne aurait fait défection et serait passé au sud illégalement il y a trois ans. Elle aurait à nouveau franchi illégalement la ligne de démarcation le 19 juillet dernier. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a convoqué samedi une réunion d'urgence du bureau politique pour adopter un "système d'urgence maximal et émettre une alerte de haut niveau".