D'après le sondage mené auprès de plus de 2.100 Belges, 28,5% des ménages ont été confrontés à une pénurie les empêchant d'obtenir leur médicament dans les 24h, contre 21% lors d'une précédente étude réalisée en 2015. Par ailleurs, 16% des sondés ont vécu cette situation à plusieurs reprises.

Ces pénuries ont des conséquences sur la santé des patients, ajoute Test Achats. Près d'un répondant sur deux confronté à ce problème (46%) déclare avoir eu plus de symptômes ou souffert de conséquences comme l'angoisse et le stress. Quelque 5% des sondés disent même avoir été hospitalisés en raison d'un manque de médicaments.

La pénurie a également entraîné des coûts additionnels chez près d'un tiers des répondants (32%).

L'organisation demande aux pouvoirs publics de "prendre cette problématique à bras le corps". "Il est impératif d'avoir une vision claire des stocks de médicaments afin de pouvoir identifier ceux étant à risque de pénurie, et de prendre les mesures nécessaires, telles que l'interdiction des exportations", ajoute la porte-parole de Test Achats Julie Frère.

D'après le sondage mené auprès de plus de 2.100 Belges, 28,5% des ménages ont été confrontés à une pénurie les empêchant d'obtenir leur médicament dans les 24h, contre 21% lors d'une précédente étude réalisée en 2015. Par ailleurs, 16% des sondés ont vécu cette situation à plusieurs reprises. Ces pénuries ont des conséquences sur la santé des patients, ajoute Test Achats. Près d'un répondant sur deux confronté à ce problème (46%) déclare avoir eu plus de symptômes ou souffert de conséquences comme l'angoisse et le stress. Quelque 5% des sondés disent même avoir été hospitalisés en raison d'un manque de médicaments. La pénurie a également entraîné des coûts additionnels chez près d'un tiers des répondants (32%). L'organisation demande aux pouvoirs publics de "prendre cette problématique à bras le corps". "Il est impératif d'avoir une vision claire des stocks de médicaments afin de pouvoir identifier ceux étant à risque de pénurie, et de prendre les mesures nécessaires, telles que l'interdiction des exportations", ajoute la porte-parole de Test Achats Julie Frère.