Les négociateurs du Parlement européen, de la Commission européenne et des Etats membres de l'UE reprendront leurs pourparlers jeudi, a fait savoir le Portugal, qui occupe le siège de la présidence tournante de l'UE.

Un tel certificat numérique pourrait permettre de rendre davantage de pays européens accessibles aux voyages au sein du bloc dès le mois de juin, même si la pandémie de coronavirus demeure et que les inquiétudes persistent au sujet de variants du Covid-19.

Le document devrait indiquer si une personne a été testée négative au Covid-19, a récemment guéri de la maladie, ou a été déjà été vaccinée.

Cela pourrait former une base pour lever les obligations de quarantaine en vigueur pour de nombreux déplacements à travers les frontières du bloc.

Cependant, il revient à chacun des 27 Etats membres de décider ce que le passeport autorise ou non sur son territoire.

L'exécutif européen a déposé une proposition pour un tel certificat numérique dès le mois de mars, ouvrant la porte à des négociations.

A l'issue de ces discussions infructueuses à ce sujet dans la nuit de mardi à mercredi, les négociateurs européens ont exprimé leur souhait de garantir un accès gratuit aux tests de dépistage du Covid-19, qui serait financé par l'instrument d'aide d'urgence mis sur pied pour aider les 27 à faire face à la pandémie.

"Le Parlement européen demande une solution européenne pour faciliter le testing gratuit, de sorte à restaurer le droit fondamental européen à la liberté de mouvement, éviter la discrimination et offrir une alternative aux personnes qui n'ont pas été vaccinées", est-il exprimé dans un communiqué de presse publié dans la nuit.

L'instrument d'aide d'urgence a à ce stade contribué à acheter des vaccins et à préparer le travail pour la mise en place du certificat, relèvent les négociateurs.

La Grèce a déjà assoupli les prérequis pour entrer dans le pays autorisant les voyageurs vaccinés, et l'Espagne permet aussi les arrivées de touristes européens qui présentent un test négatif.

Environ un Européen sur six est dorénavant vacciné, selon le centre européen de prévention et contrôle des maladies. Mais la Commission européenne aimerait que cette proportion passe à sept Européens sur dix d'ici le mois de septembre.

Belga

Accord des Vingt-sept pour permettre l'entrée dans l'UE aux voyageurs entièrement vaccinés (actualisé à 14:44)

Les représentants des États membres se sont mis d'accord mercredi pour permettre l'entrée dans l'UE aux voyageurs de pays tiers ayant reçu les doses nécessaires de vaccins anti-Covid autorisés au niveau européen.

À l'approche de la saison touristique estivale, les ambassadeurs des 27 ont approuvé cette recommandation proposée par la Commission européenne, et qui n'est pas d'application contraignante pour les États. Mais l'UE tente de coordonner ses mesures aux frontières extérieures, étant donné leurs conséquences sur la libre circulation au sein du bloc.

La Commission s'est réjouie de cet accord, intervenu deux semaines et demie après sa proposition.

Le Conseil (États membres), a-t-elle précisé, va aussi étendre la liste de pays tiers connaissant une bonne situation épidémiologique, et depuis lesquels les voyageurs seront autorisés selon les nouveaux critères convenus. Cette liste, qui compte actuellement sept pays (Australie, Israël, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Singapour, Corée du Sud, Thaïlande, plus la Chine en attente de réciprocité), devrait significativement s'allonger en conséquence.

Les représentants des États membres ont aussi accepté d'assouplir le critère du taux d'incidence du virus pris en compte pour élaborer cette liste. Le taux est relevé de 25 à 75 cas (pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours).

En outre, pour limiter le risque d'entrée de variants dans l'UE, le Conseil a décidé d'un nouveau mécanisme de restrictions d'entrées permettant aux États membres de réagir rapidement et de manière coordonnée, selon un porte-parole de la Commission.

À ses yeux, ces éléments aideront à reprendre les voyages en toute sécurité, tout en permettant d'instaurer des restrictions rapides en cas d'arrivée de nouveaux variants.

L'UE avait fermé ses frontières extérieures en mars 2020 pour les voyages "non essentiels" et établi à partir de juin une liste restreinte, révisée régulièrement, de pays tiers dont les résidents -vaccinés ou non- peuvent entrer dans l'Union.

Les négociateurs du Parlement européen, de la Commission européenne et des Etats membres de l'UE reprendront leurs pourparlers jeudi, a fait savoir le Portugal, qui occupe le siège de la présidence tournante de l'UE. Un tel certificat numérique pourrait permettre de rendre davantage de pays européens accessibles aux voyages au sein du bloc dès le mois de juin, même si la pandémie de coronavirus demeure et que les inquiétudes persistent au sujet de variants du Covid-19. Le document devrait indiquer si une personne a été testée négative au Covid-19, a récemment guéri de la maladie, ou a été déjà été vaccinée. Cela pourrait former une base pour lever les obligations de quarantaine en vigueur pour de nombreux déplacements à travers les frontières du bloc. Cependant, il revient à chacun des 27 Etats membres de décider ce que le passeport autorise ou non sur son territoire. L'exécutif européen a déposé une proposition pour un tel certificat numérique dès le mois de mars, ouvrant la porte à des négociations. A l'issue de ces discussions infructueuses à ce sujet dans la nuit de mardi à mercredi, les négociateurs européens ont exprimé leur souhait de garantir un accès gratuit aux tests de dépistage du Covid-19, qui serait financé par l'instrument d'aide d'urgence mis sur pied pour aider les 27 à faire face à la pandémie. "Le Parlement européen demande une solution européenne pour faciliter le testing gratuit, de sorte à restaurer le droit fondamental européen à la liberté de mouvement, éviter la discrimination et offrir une alternative aux personnes qui n'ont pas été vaccinées", est-il exprimé dans un communiqué de presse publié dans la nuit. L'instrument d'aide d'urgence a à ce stade contribué à acheter des vaccins et à préparer le travail pour la mise en place du certificat, relèvent les négociateurs. La Grèce a déjà assoupli les prérequis pour entrer dans le pays autorisant les voyageurs vaccinés, et l'Espagne permet aussi les arrivées de touristes européens qui présentent un test négatif. Environ un Européen sur six est dorénavant vacciné, selon le centre européen de prévention et contrôle des maladies. Mais la Commission européenne aimerait que cette proportion passe à sept Européens sur dix d'ici le mois de septembre.Belga