Ce plan opérationnel a été développé au sein du Commissariat interministériel Influenza. Tout y était : utilité des masques comme barrière, nécessité de constituer des stocks, importance de contrôler les frontières notamment dans les aéroports, rôle des postillons dans la contamination, importance des appareils respiratoires... Il suffisait, comme souvent, pour se préparer, de lire les nombreux power-points élaborés par des fonctionnaires diligents et compétents.

Mais encore faut-il reconstituer les stocks de masques lorsqu'on les détruit par millions. Plutôt que dire à la population qu'ils sont inefficaces. Idem pour les matériels de protection et les tests. Quand la bise fut venue, la Belgique fut bien dépourvue. Ne nous restait alors qu'une seule option, la même que lors de la Grande Peste du 14e siècle voici 600 ans : un confinement aveugle, mêlant infectés et porteurs sains sans information sur leur statut sérologique, indifférent aux personnes avec ou sans risque et avec des conséquences économiques dramatiques qui mineront notre santé publique subventionnée. Sans même parler, au niveau des thérapies, des études randomisées telle Discovery dont les résultats arriveront après la bataille, ou jamais et auxquelles aucun patient belge ne participera.

Gouverner, c'est prévoir. L'OMS, qui est une immense bureaucratie pas toujours efficace et, noyautée par le pouvoir chinois, avait quand même prévenu : les pandémies c'est tous les 39 ans. 1968 (grippe de Hong-Kong) + 39 = 2007. Les alertes Sars-Cov-1 et Mers au début du 21e siècle auraient dû nous inquiéter. Par miracle, elles n'ont pas franchi les frontières européennes. Mais nous savions.

À la face du monde, après le doigt vengeur de Donald Trump qui désignait la Chine, la Belgique est le pays le plus touché de la planète en morts par million d'habitants. En raison d'un décompte " généreux " qui comptabilise tous les suspects Covid comme morts du Covid. Les différents offices du tourisme apprécieront...

Nos autorités vont-elles se racheter lors du déconfinement ? Rien n'est moins sûr : là-aussi, notre pays risque de rater le coche, préférant un système manuel à une appli qui a fait ses preuves à l'étranger.

La luttre contre la pandémie Covid-19, c'est encore une histoire belge. La dernière ?

Ce plan opérationnel a été développé au sein du Commissariat interministériel Influenza. Tout y était : utilité des masques comme barrière, nécessité de constituer des stocks, importance de contrôler les frontières notamment dans les aéroports, rôle des postillons dans la contamination, importance des appareils respiratoires... Il suffisait, comme souvent, pour se préparer, de lire les nombreux power-points élaborés par des fonctionnaires diligents et compétents.Mais encore faut-il reconstituer les stocks de masques lorsqu'on les détruit par millions. Plutôt que dire à la population qu'ils sont inefficaces. Idem pour les matériels de protection et les tests. Quand la bise fut venue, la Belgique fut bien dépourvue. Ne nous restait alors qu'une seule option, la même que lors de la Grande Peste du 14e siècle voici 600 ans : un confinement aveugle, mêlant infectés et porteurs sains sans information sur leur statut sérologique, indifférent aux personnes avec ou sans risque et avec des conséquences économiques dramatiques qui mineront notre santé publique subventionnée. Sans même parler, au niveau des thérapies, des études randomisées telle Discovery dont les résultats arriveront après la bataille, ou jamais et auxquelles aucun patient belge ne participera.Gouverner, c'est prévoir. L'OMS, qui est une immense bureaucratie pas toujours efficace et, noyautée par le pouvoir chinois, avait quand même prévenu : les pandémies c'est tous les 39 ans. 1968 (grippe de Hong-Kong) + 39 = 2007. Les alertes Sars-Cov-1 et Mers au début du 21e siècle auraient dû nous inquiéter. Par miracle, elles n'ont pas franchi les frontières européennes. Mais nous savions.À la face du monde, après le doigt vengeur de Donald Trump qui désignait la Chine, la Belgique est le pays le plus touché de la planète en morts par million d'habitants. En raison d'un décompte " généreux " qui comptabilise tous les suspects Covid comme morts du Covid. Les différents offices du tourisme apprécieront...Nos autorités vont-elles se racheter lors du déconfinement ? Rien n'est moins sûr : là-aussi, notre pays risque de rater le coche, préférant un système manuel à une appli qui a fait ses preuves à l'étranger.La luttre contre la pandémie Covid-19, c'est encore une histoire belge. La dernière ?