" Grâce à ces changements, nous pourrons limiter l'afflux de médecins non européens ", se félicite Maggie De Block. " Il sera aussi possible de faire venir des quatre coins du monde, des médecins hautement spécialisés pour des cas spécifiques et complexes afin de pouvoir soigner nos patients en Belgique. "

La proposition prévoit notamment :

- la possibilité de fixer un quota pour les médecins et les dentistes qui ont obtenu leur diplôme en dehors de l'UE.

-une procédure plus stricte pour tous les prestataires de soins non-UE qui souhaitent s'établir dans notre pays (Celle-ci vise la qualité de la formation reçue et concerne non seulement les médecins mais aussi dentistes, infirmiers, diététiciens, psychologues, pharmaciens...)

-la possibilité pour des médecins étrangers hautement spécialisés (chirurgiens par exemple), reconnus pour leur expertise très spécifique, d'exercer leur profession pendant une période limitée dans notre pays.

-la possibilité pour un médecin non-UE de suivre une formation dans une technique ou une expertise médicale spécifique s'il n'en dispose pas dans son pays.