Ce groupe, en charge de la "stratégie de management" de l'épidémie, devra "non seulement préparer les décisions du Comité de concertation de janvier mais aussi proposer des avis sur la stratégie de gestion, l'évaluation des mesures et l'échelonnement de l'assouplissements", écrit Le Soir. Il a déjà été missionné pour remettre un avis sur la réouverture des coiffeurs et autres métiers de contact, et s'est réuni une première fois lundi.

Ce groupe compte un président, un représentant de l'OMS pour le volet international, six représentants de l'administration fédérale Sciensano et des entités fédérées, dix experts externes issus du monde médical (virologues, infectiologues, épidémiologistes, biostatisticiens) et six experts au profil plus "sociétal" (sciences du comportement, santé mentale, économie).

Parmi les membres, on retrouve également les comparses des conférences de presse quotidiennes, à savoir les porte-parole interfédéraux Yves Van Laethem et Steven Van Gucht. C'est aussi le retour du virologue flamand Marc Van Ranst.

Les biostatisticiens Niel Hens et Geert Molenberghs, à l'origine des projections mathématiques qui permettent de mieux appréhender la pandémie, sont toujours de la partie, tout comme les ex-membres du GEES Mathias Dewatripont et Céline Nieuwenhuys (lire l'ensemble des profils ci-dessous). Pour boucler le casting, le commissaire Facon doit encore dénicher un dernier expert de type "épidémiologiste", sur quota francophone.

Ce nouveau groupe sera composé de 12 Flamands, 11 francophones et 1 germanophone. 16 hommes et 7 femmes (et un expert dont on ne connaît pas encore le genre). Cette fois, il est prévu que ces experts soient rémunérés pour leur mission, selon les mêmes modalités que ceux qui travaillent pour le KCE (Centre fédéral d'expertise des soins de santé).

Belga

Ce groupe, en charge de la "stratégie de management" de l'épidémie, devra "non seulement préparer les décisions du Comité de concertation de janvier mais aussi proposer des avis sur la stratégie de gestion, l'évaluation des mesures et l'échelonnement de l'assouplissements", écrit Le Soir. Il a déjà été missionné pour remettre un avis sur la réouverture des coiffeurs et autres métiers de contact, et s'est réuni une première fois lundi. Ce groupe compte un président, un représentant de l'OMS pour le volet international, six représentants de l'administration fédérale Sciensano et des entités fédérées, dix experts externes issus du monde médical (virologues, infectiologues, épidémiologistes, biostatisticiens) et six experts au profil plus "sociétal" (sciences du comportement, santé mentale, économie). Parmi les membres, on retrouve également les comparses des conférences de presse quotidiennes, à savoir les porte-parole interfédéraux Yves Van Laethem et Steven Van Gucht. C'est aussi le retour du virologue flamand Marc Van Ranst. Les biostatisticiens Niel Hens et Geert Molenberghs, à l'origine des projections mathématiques qui permettent de mieux appréhender la pandémie, sont toujours de la partie, tout comme les ex-membres du GEES Mathias Dewatripont et Céline Nieuwenhuys (lire l'ensemble des profils ci-dessous). Pour boucler le casting, le commissaire Facon doit encore dénicher un dernier expert de type "épidémiologiste", sur quota francophone. Ce nouveau groupe sera composé de 12 Flamands, 11 francophones et 1 germanophone. 16 hommes et 7 femmes (et un expert dont on ne connaît pas encore le genre). Cette fois, il est prévu que ces experts soient rémunérés pour leur mission, selon les mêmes modalités que ceux qui travaillent pour le KCE (Centre fédéral d'expertise des soins de santé).Belga