...

Chaque année, environ 1500 personnes meurent d'un cancer de l'oesophage ou de l'estomac en Belgique. Seule 1 personne sur 5 atteinte d'un cancer de l'oesophage survit au-delà de 5 ans. Ce qui montre que le cancer de l'oesophage est l'un des cancers les plus agressifs. Seule la chirurgie peut offrir une chance de guérison. Un grand nombre de patients devront néanmoins recevoir un traitement palliatif.Adaptation des recommandations de 2008 aux dernières évolutionsLa prise en charge de la maladie a connu d'importantes évolutions. Il était donc temps d'adapter les recommandations en collaboration avec les experts du terrain. Il y a aujourd'hui plus de preuves scientifiques qu'en 2008 indiquant que la chimiothérapie (estomac), combinée à la radiothérapie (oesophage), sont utiles avant qu'une intervention chirurgicale ne soit pratiquée. Une approche multidisciplinaire du trajet de soins à chaque stade de la prise en charge présente un intérêt crucial. Elle permet de rassembler des spécialistes tels que le gastro-entérologue (spécialiste des voies digestives), le chirurgien, l'oncologue, le radiothérapeute, le radiologue, l'anatomo-pathologiste et le médecin généraliste.Le KCE plaide pour que le traitement soit administré dans des centres spécialisés dans lesquels travaillent des spécialistes formés et bien entraînés à la prise en charge de ces cancers, grâce à des volumes d'activité importants.Les recommandations de bonne pratique peuvent être consultées sur le site web du KCE (KCE Reports 75B) et sur celui du Collège d'Oncologie (www.collegeoncologie.be) qui en assurera la diffusion. Le site du Collège fera également mention de chaque nouveau progrès important en la matière.