...

Comme chaque MG le sait, la ministre De Block, suivant en cela un récent rapport du KCE, souhaite généraliser l'installation de gardes MG proches ou au sein des urgences hospitalières. Si le projet devait aboutir au sein des trois hôpitaux de la Région - Baudour, Hornu et Warquignies -, une large majorité (80) des MG du Borinage partiraient alors en grève des gardes. " Nous ne sommes déjà pas suffisamment nombreux pour assurer la consultation. Je suis occupé de 8 à 18 heures et ne reçoit qu'en extrême urgence des patients supplémentaires. La population médicale chez nous vieillit. Ce n'est pas le moment de nous déforcer. On va ponctionner la masse laborieuse de MG pour compenser le sous-financement chronique des salles d'urgence ! " Pour David Simon, c'est aux Urgences hospitalières de décider si le patient nécessite des soins urgents ou le renvoi chez le MG. C'est ainsi qu'on lutte contre le recours abusif aux services d'urgence. Pour lui, " le système recommandé par le KCE sur injonction de Maggie De Block est un système pervers qui s'auto-entretient : on retire des forces vives de la médecine générale pour les urgences et on aggrave la pénurie. " Simon estime que le KCE a été sur le coup " très peu scientifique et plutôt très politique " sur la question des Urgences.Les MG borains n'ont cependant que déposer un préavis de grève pour le moment. L'idée est de suspendre la permanence de soins de la garde si la ministre mettait ses projets à exécution.La quasi-totalité des médecins généralistes présents ont signé ce préavis de grève." Je précise que ce n'est pas à l'initiative du cercle UMGB. Cela vient de la base ", ajoute Simon.Le MG de Colfontaine croit savoir que cela va faire tache d'huile car même les médecins flamands de l'autre côté du Hainaut y pensent." La ministre va à contre-courant de ce qui se passe sur le terrain", conclut-il.