...

Cette recommandation s'ajoute aux règles de base (sommeil suffisant, absence d'alcool et de tabagisme, arrêts fréquents,...) qu'il convient de respecter avant de prendre le volant. Elle provient d'une étude britannique qui montre qu'une déshydratation, même modeste, peut entraîner, outre des maux de tête, des étourdissements et de la fatigue, un manque de concentration et une diminution de la vigilance au volant. Invités à participer à un test de conduite sur simulateur pendant deux heures, les volontaires devaient soit s'hydrater régulièrement et boire au moins 2,5 litres de liquide, soit réduire d'environ 25% les apports en liquide (hors alcool bien sûr), durant la journée précédant le test. Le matin de l'expérience, leur niveau d'hydratation a été contrôlé par test d'urine et de sang. Ils ont également passé un électroencéphalogramme. Résultat ? Les conducteurs qui sont en état de déshydratation font deux fois plus d'erreurs que ceux qui ont consommé de l'eau régulièrement. Si l'essentiel des erreurs reste sans gravité apparente, par exemple un freinage tardif ou un empiétement de la ligne blanche, 25% des participants commettent toutefois une faute grave, comme emboutir la barrière de sécurité ou un autre véhicule.