...

" La ministre est restée ferme sur l'interdiction des suppléments d'honoraires dans les chambres communes et à deux lits et sur l'obligation du tiers payant social - deux mesures que nous soutenons - , mais elle a proposé de soumettre à la concertation les modalités de mises en oeuvre " explique Jean-Pascal Labille.Les mutualités ont par ailleurs accepté que l'obligation d'appliquer le tiers-payant social obligatoire soit liée à la possibilité pour les médecins de facturer de manière électronique. "En acceptant de lier l'obligation du tiers-payant social à la généralisation du paiement électronique, nous réduisons la charge administrative au minimum pour les médecins. Il n'y a donc plus d'argument pour s'opposer à l'obligation du tiers-payant social ; il s'agit d'une mesure sociale qui renforce également la médecine générale " relève Jean-Pascal Labille." En cette période de crise, nous avons besoin de la concertation mais aussi de mesures fortes en faveur de l'accessibilité aux soins. C'est cette combinaison-là qu'il nous faut aujourd'hui gérer " conclut Jean-Pascal Labille qui appelle tous les acteurs à se remettre rapidement autour de la table.