...

Le cancer colorectal (CCR) est rare dans les pays en développement, mais il s'agit de la deuxième malignité la plus courante dans les sociétés affluentes. Chaque année en Europe, le cancer colorectal est diagnostiqué chez plus de 450 000 personnes, et environ 230 000 cas de décès liés à cette maladie sont recensés.Les taux d'incidence augmentent rapidement dans des régions historiquement à faible risque, notamment en Espagne, et dans plusieurs pays d'Europe de l'Est. Fait marquant, les taux recensés chez les hommes en République tchèque ont déjà dépassé le pic d'incidence observé aux États-Unis, où ces taux sont soit sur le déclin, soit se stabilisent. On estime que ces tendances fortement défavorables reflètent une combinaison de facteurs, notamment les changements d'habitudes alimentaires, l'obésité et une prévalence accrue du tabagisme.Tandis que les taux de mortalité du cancer colorectal ont diminué dans plusieurs pays occidentaux, principalement grâce à l'amélioration des traitements et à l'augmentation de la sensibilisation et du dépistage précoce, ils continuent à augmenter dans de nombreux pays possédant des ressources et une infrastructure de santé limitées, en particulier en Europe centrale et en Europe de l'Est.Ces chiffres sont alarmants, vu que, rappelons-le, il est guérissalbe dans plus de 90 % des cas s'il est diagnostiqué suffisamment tôt. C'est pourquoi il est impératif de sensibiliser le public au dépistage et au traitement du CCR, en particulier dans les pays où les taux continuent à augmenter.Lancé en 2008 par EuropaColon, le MESCC aide à atteindre cet objectif. Pendant le mois de mars, 21 groupes affiliés et associés à EuropaColon à travers l'Europe, y compris en Espagne, en République tchèque et en Pologne, proposent de nombreuses activités publiques visant à rehausser le profil de la prévention et du traitement du CCR dans les médias, auprès du public et au niveau politique.