...

"Aujourd'hui, la menace de sanctions à l'égard de certains professionnels et leurs conséquences à la fois sur la charge de travail du personnel en place mais aussi, in fine, sur l'offre et la qualité des soins, oblige le front commun syndical à réagir face à la catastrophe qui s'annonce dans les prochaines semaines!", écrivent samedi la CSC, le Setca et la CGSLB dans un communiqué commun. "A l'aube de l'hiver, alors qu'on atteint un pic important de contaminations, que le personnel est à bout de force après les vagues successives de la pandémie, nous ne pouvons pas prendre le risque d'encore perdre des travailleurs ! Le secteur souffre d'une pénurie chronique qui s'intensifie et touche de plus en plus de professions et les institutions fonctionnent constamment à flux tendu ! En demander encore plus à du personnel à bout de souffle et usé, précipiter le détricotage de la profession alors que l'unique priorité est de travailler à son attractivité ? C'est inadmissible!", ajoutent-ils en choeur. Dès lundi, et durant toute la semaine prochaine, les trois syndicats organiseront une semaine d'information et de mobilisation de tous les secteurs concernés par l'obligation vaccinale. Des préavis de grève ont de plus déjà été déposés par les différentes organisations syndicales. Celles-ci ont en outre décidé de lancer en front commun un mot d'odre pour "une première journée et de mobilisation" le 7 décembre prochain. "Ce sont les conditions de travail déplorables qui sont le véritable danger en matière de qualité des soins. Mettre en doute en pleine crise sanitaire le sens des responsabilités de travailleurs qui ont le sentiment d'avoir plus que tout donné depuis des années est humiliant et irresponsable L'accès aux soins de qualité pour toute la population est de la responsabilité des employeurs et du gouvernement, pas des soignants ! Ils auront l'entière responsabilité des conséquences de ce qui s'annonce en termes d'accès aux soins", concluent les trois organisations syndicales.Belga