" Je suis vraiment heureuse du vote de ce texte par le Parlement wallon. Il soutient et reconnaît les missions des plateformes, en particulier le soutien psychologique aux patients, à l'entourage, aux professionnels et aux volontaires. Permettre à un patient en fin de vie de rentrer chez lui et de vivre ses derniers instants en dehors d'une institution hospitalière ne s'improvise pas. Cela demande notamment beaucoup de compréhension, d'attention et de respect. "

Plus de 80% des patients hospitalisés font le choix de rentrer à leur domicile. Ils souhaitent avant tout pouvoir vivre leurs derniers instants dans un milieu familier, entourés de leurs proches.

De nombreuses initiatives financées par le Fédéral existaient. Elles sont aujourd'hui de la compétence des Régions en vertu de la 6e Réforme de l'Etat.

Ce sont notamment :

Les plateformes palliatives." Concrètement, les missions de ces associations visent principalement l'information, la sensibilisation de la population et la formation des professionnels et des volontaires. Les plateformes apportent également un soutien psychologique aux professionnels qui sont en lien direct avec les patients. "

Il existe 8 de ces plateformes en Wallonie. Elles recevront un financement annuel récurrent de la Région wallonne (1.600.000 euros).

La Fédération de soins palliatifs. La Fédération " organise des groupes de travail qui permettent aux acteurs des soins palliatifs de réfléchir, de se concerter, d'échanger sur leur pratique et de travailler ensemble au service des soins palliatifs ".

Les équipes multidisciplinaires de soins palliatifs. Au nombre de 9 en Wallonie, " elles interviennent en plus des soignants habituels du patient et sont constituées de médecins, d'infirmier(e)s et, éventuellement, de psychologues, de paramédicaux et de volontaires ".