...

Des chercheurs de l'Université de l'Illinois ont analysé les données de 5.134 personnes âgées de 53 à 84 ans issues d'une cohorte de l'Association américaine de cardiologie. Leur santé cardiovasculaire a été évaluée entre 2002 et 2004. Les participants ont aussi répondu à des questions afin de connaître leur niveau d'optimisme et leur état physique et mental. Résultat : les personnes qui voient la vie en rose auraient deux fois plus de chances d'avoir un coeur en bonne santé. Cette association demeure significative même après avoir ajusté la comparaison en fonction des caractéristiques sociodémographiques (âge, race, origine, niveau d'éducation et de revenus) et de la santé mentale. Autre enseignement, peu surprenant au demeurant, les personnes les plus optimistes étaient également celles qui avaient de meilleurs IMC et qui adoptaient un comportement plus sain, faisant le plus d'exercice physique et fumant moins souvent. Pour les auteurs de cette étude, agir sur le bien-être psychologique pourrait donc permettre de réduire le risque cardiaque. Il faudra toutefois attendre les analyses de mortalité pour affirmer que l'amélioration du profil cardiovasculaire se traduit bien par une réduction des événements cardiaques et fatals.