...

Le cancer du pancréas est un des plus agressifs. Près de 1.600 Belges en meurent chaque année, ce qui place le cancer du pancréas en 5e position des cancers mortels dans le pays. En Belgique, ce sont environ 1.600 cas qui sont diagnostiqués annuellement. "La seule chance de guérison pour les patients est une opération du pancréas risquée", affirme l'AIM. L'opération de Whipple, ou pancréaticoduodénectomie est l'intervention sur le pancréas la plus commune.En étudiant la pratique de cette opération entre 2000 et 2004, l'agence a noté que 8,4% des patients décédaient lors de l'hospitalisation, succombant à des complications (7,1% entre 2010 et 2013). En outre, le risque de mortalité était de 11% dans les centres hospitaliers moins familiers à l'opération (moins de 10 interventions par an), soit le double des hôpitaux plus expérimentés. Pourtant en Belgique, 450 interventions sont pratiquées dans quelque 90 centres différents, et "10% de tous les hôpitaux pratiquent autant d'opérations du pancréas que les 90% restants", met en garde l'agence.L'AIM estime que le nombre d'hôpitaux réalisant l'opération de Whipple doit être revu à la baisse, de sorte qu'à court terme une centralisation des opérations du pancréas soit organisée. Le Centre Fédéral d'Expertise des Soins de Santé (KCE) a déjà formulé une requête similaire.Avec d'autres associations, comme la Belgian Section of Hepatobiliary and Pancreatic Surgery (BSHBPS) et le Belgian Group of Digestive Oncology (BGDO), l'AIM demande de réfléchir à l'élaboration et la mise en oeuvre de soins pour le cancer et les opérations du pancréas, notamment dans le cadre du plan de réforme de la ministre de la Santé publique, Maggie De Block.