...

Paul Lauwers, président de l'Union des médecins acupuncteurs de Belgique, a récemment signalé sa préoccupation quant au fonctionnement de chambre d'enregistrement des pratiques médicales parallèles mises en place pour faire exécuter la Loi Colla (lire Jdm n°). Et notamment la définition de l'acupuncture qui, trop vague, " ne spécifie pas si l'on entend parler d'acupuncture moderne, chinoise, vietnamienne, etc. " Pour Lauwers, si l'acupuncture présente un intérêt certain en médecine, il faut, dit-il la pratiquer " avec énormément d'esprit critique, à la lumière de nos connaissances scientifiques et médicales. [Il faut] la dépouiller de ses concepts dogmatiques et archaïques. "Il faut d'abord poser un diagnostic médical moderne et l'acupuncture ne peut être qu'un complément à l'arsenal thérapeutique existant. " L'acupuncture ne peut être une spécialité médicale, écrit-il à Laurette Onkelinx. La formation devrait déboucher sur un certificat de compétence en acupuncture. La formation du médecin acupuncteur telle qu'elle est proposée par la chambre acupuncture est dès lors beaucoup trop lourde. "L'Union qu'il préside avait proposé que chaque thérapeute exerce cette discipline dans les limites de ses compétences en fonction de l'AR 78 sur l'Art de guérir. A savoir : les médecins, la médecine ; les kinésithérapeutes pratiquent en fonction de la loi du 6 avril 1995 qui réglemente l'exercice de la kiné et surtout le massage chinois et, enfin, les sage-femmes, dans la préparation et le suivi de l'accouchement eutocique.Hélas pour lui, sa proposition n'a pas été suivie." Plusieurs associations (ndlr : qui siègent aux côtés de Lauwers) ont clairement exprimé leur volonté de pratiquer de façon exclusive et autonome, une acupuncture chinoise purement traditionnelle (et donc la médecine traditionnelle chinoise). Je me permets d'affirmer qu'officialiser une telle acupuncture revient à donner un label de qualité à une médecine moyenâgeuse et à donner aux patients un faux sentiment de sécurité. "Or, Paul Lauwers ne veut pas être de ceux qui ne s'opposèrent pas à des pratiques "dont on réalisera le danger et l'aberration dans les années qui viennent".