Il aura fallu un an, depuis qu'en avril 2017, le comité de l'assurance de l'Inami a donné son accord pour le tarif d'urgence des gynécologues pour que finalement l'arrêté royal soit signé et attendu pour publication au Moniteur ce mois-ci. " Les gynécologues pourront attester ce tarif à partir du 1er juin 2018 ", précise le syndicat de médecins.

Sans aucune conséquence pour le patient, le supplément étant entièrement remboursé par l'assurance maladie. L'Inami a prévu un budget de 8,6 millions d'euros.

" Pendant des années, nous avons travaillé d'arrache-pied dans les commissions de concertation de l'Inami pour l'introduction de ce tarif d'urgence ", explique Marc Moens. " Dans la perspective des prochaines élections médicales, mon syndicat est extrêmement satisfait d'avoir remporté cette victoire : elle ne pouvait espérer offrir mieux aux gynécologues en guise de cadeau électoral. "