...

Les étudiants démocrates humanistes (EDH) emmenés par Morgan De Clerck ont modifié leur position quant au décret du ministre de l'Enseignement supérieur Marcourt visant à réformer les études en santé. Et notamment la mesure " partiale et anti-sociale " (dixit les EDH) de réorientation obligatoire ou d'étalement si la moyenne des résultats est inférieure à 8/20. La raison en est limpide : les EDH affirment que le ministre Marcourt " a eu l'audace d'avouer que cette limite de 8/20 découlait d'un 'projet-pilote' ne reposant sur aucune base scientifique. " " Nous nous offusquons profondément des conséquences socialement désastreuses qu'entrainerait l'application de ce 'projet pilote' dont les détails semblent tout droit sortis du chapeau du ministre. "A l'instar du Cium par exemple (Comité interuniversitaire des étudiants en médecine francophones), les EDH notent: " Les études prouvent que la plupart des étudiants qui ont raté en janvier sont issus de milieux socialement défavorisés ou/et d'écoles préparant moins bien à l'enseignement supérieur, notre pays étant un des pays d'Europe où les disparités entre les écoles sont les plus fortes. "Pour eux, le décret Marcourt étrangle les familles en obligeant les étudiants à une seconde année parallèle au lieu que le ministre se préoccupe de la pénurie de médecins que ce décret ne règlera pas, aux dires des étudiants humanistes. N'y allant pas par le dos de la cuiller, les EDH postulent qu'au lieu d'organiser une véritable concertation, le ministre " bafoue les compromis, la réalité sociale et passant outre les grands principes de la Déclaration de Politique Communautaire ".