"Les États-Unis vont débloquer 60 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca au bénéfice d'autres pays au fur et à mesure qu'elles seront disponibles", a tweeté Andy Slavitt, conseiller de la Maison Blanche pour la lutte contre le coronavirus.

Il a balayé les critiques accusant Washington d'accumuler des doses sans s'en servir. "À l'heure actuelle, il n'y en a encore que très peu de disponibles. Aucun temps n'a vraiment été perdu", a-t-il souligné.

L'exécutif en est encore à "la planification" de cette mesure, a précisé la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki (photo), en promettant des détails "dans un futur proche" sur qui bénéficiera de ces vaccins.

"Avant que les doses d'AstraZeneca ne soient envoyées depuis les États-Unis, la FDA (l'Agence des médicaments américaine, NDLR) confirmera que ces doses répondent aux exigences de qualité", a-t-elle précisé.

Washington avait déjà annoncé des accords pour envoyer 2,5 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca au Mexique, et 1,5 million au Canada.

Seuls trois vaccins sont pour le moment autorisés aux Etats-Unis: ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson.

Mais des millions de doses du vaccin d'AstraZeneca ont été produites dans le pays, où elles ne peuvent pourtant pour le moment pas être utilisées.

Belga

Biden promet à Modi le "soutien sans faille" des États-Unis face au Covid-19

Le président américain Joe Biden a promis lundi au Premier ministre indien Narendra Modi le "soutien sans faille" des États-Unis au moment où l'Inde est en proie à une flambée des cas de coronavirus.

"Le président a promis le soutien sans faille de l'Amérique au peuple indien", a indiqué la Maison Blanche dans un bref compte-rendu de l'échange téléphonique.

Le texte rappelle que les États-Unis se sont engagés sur une aide d'urgence comprenant notamment des composants pour la production de vaccins, des équipements de protection, des tests à diagnostic rapide, ou encore des respirateurs.

Les États-Unis étudient par ailleurs la possibilité d'envoyer des approvisionnements en oxygène, les hôpitaux indiens étant confrontés à une grave pénurie dans ce domaine.

De son côté, M. Modi a évoqué dans un tweet un échange "fructueux" et précisé avoir remercié M. Biden pour l'aide américaine.

Si les deux dirigeants ont insisté sur leur coopération et promis de rester en contact étroit, M. Modi a insisté, selon le compte rendu publié par ses services, sur la question de l'accès vaccins pour les pays en développement.

Il a souligné que l'Inde avait demandé à l'Organisation mondiale du commerce un assouplissement des normes sur la propriété intellectuelle.

L'Inde, qui est confrontée à un nouveau variant, voit son système de santé craquer sous le flot des malades, qui font face à un manque de lits d'hôpitaux, de réserves d'oxygène et de médicaments vitaux.

Des témoins décrivent des couloirs d'hôpital encombrés de lits et de brancards et des familles suppliant en vain pour obtenir de l'oxygène ou une place pour leurs proches mourants.

"Les États-Unis vont débloquer 60 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca au bénéfice d'autres pays au fur et à mesure qu'elles seront disponibles", a tweeté Andy Slavitt, conseiller de la Maison Blanche pour la lutte contre le coronavirus. Il a balayé les critiques accusant Washington d'accumuler des doses sans s'en servir. "À l'heure actuelle, il n'y en a encore que très peu de disponibles. Aucun temps n'a vraiment été perdu", a-t-il souligné. L'exécutif en est encore à "la planification" de cette mesure, a précisé la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki (photo), en promettant des détails "dans un futur proche" sur qui bénéficiera de ces vaccins. "Avant que les doses d'AstraZeneca ne soient envoyées depuis les États-Unis, la FDA (l'Agence des médicaments américaine, NDLR) confirmera que ces doses répondent aux exigences de qualité", a-t-elle précisé. Washington avait déjà annoncé des accords pour envoyer 2,5 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca au Mexique, et 1,5 million au Canada. Seuls trois vaccins sont pour le moment autorisés aux Etats-Unis: ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson. Mais des millions de doses du vaccin d'AstraZeneca ont été produites dans le pays, où elles ne peuvent pourtant pour le moment pas être utilisées.Belga