...

30% de la population adulte présentent une stéatose et sont à risque de développer une Nash. C'est également le cas chez 10 à 15% des enfants. "Certains développent des stéatoses hépatiques nonalcooliques (le stade qui précède la NASH) mais d'autres souffrent déjà de Nash, voire même de cirrhose Nash", s'alarme le Pr Etienne Sokal, chef du Service de gastroentérologie et hépatologie pédiatrique des Cliniques Saint-Luc. "Cette précocité de la NASH a diminué l'âge moyen des transplantations hépatiques mais aussi des cancers du foie. C'est un véritable problème de santé publique."Dans le développement de la NASH, le fructose joue un rôle clé. Son coût relativement bas en fait l'un des sucres les plus utilisés dans l'industrie agro-alimentaire et il apparait dans un grand nombre de produits de consommation (plats préparés, aliments transformés, boissons sucrées, etc.).Concrètement, le fructose est un inducteur de la lipogenèse, c'est-à-dire de la synthèse de graisse au niveau du foie. "Plus on consomme du fructose, plus on stimule l'accumulation de graisse dans le foie ", poursuit le Pr Sokal. "Le fructose est à ce titre comparable à l'alcool, à la différence près que l'on y est exposé dès les premières années de la vie. "Plusieurs recherches sont actuellement en cours aux Cliniques universitaires Saint-Luc. "La première consiste à mieux comprendre l'accélération de la sénescence (le vieillissement et la réduction de la capacité de régénération) des cellules du foie qui sont soumises à l'inflammation d'une Nash et l'effet protecteur des cellules progénitrices hépatiques. Ensuite, une étude clinique initiée par Promethera Biosciences, spin-off de l'UCLouvain, teste actuellement un traitement de médecine régénérative dans les stades avancés de Nash chez les adultes aux Cliniques Saint-Luc."Le 12 juin, journée de la Nash, un dépistage de la maladie et de sa sévérité sera proposé aux Cliniques Saint-Luc par la technique du Fibroscan® qui permet de calculer la quantité de graisse et de fibrose au sein du foie.