...

Deux médecins ainsi que le CHR répondent des faits qui se sont déroulés le 5 novembre 2005. Le jeune Anthony s'était présenté à deux reprises aux urgences de l'hôpital mais les médecins l'avaient renvoyé chez lui. Le jeune homme avait sombré dans le coma et était décédé une semaine plus tard.Pour évaluer si une faute a été commise, le tribunal a entendu mardi des experts qui ont affirmé que le jeune homme avait été victime d'une crise d'asthme à évolution très rapide. Son état le jour des faits a évolué en différents sens et les médecins ont pris en compte différents paramètres avant de décider de le renvoyer chez lui.Les débats nécessitent une analyse pointilleuse sur différents points en rapport à la nécessité réelle d'une hospitalisation, au traitement que suivait le patient et aux moyens dont disposaient les médecins pour faire face à un tel cas traité aux urgences. Plusieurs audiences seront encore nécessaires avant de connaître l'issue judiciaire de cette affaire.