...

Test-Achats a interrogé un échantillon de médecins spécialistes et de médecins généralistes pour leur demander, pour 13 spécialités, quels sont les hôpitaux qui, d'après eux, " fourniraient les meilleurs soins médicaux à un patient atteint d'un problème très grave et difficile, relevant de tel ou tel domaine de spécialisation ". TA en tire cinq hôpitaux les plus souvent cités, tout en assumant la subjectivité du résultat. Trois sont des CHU.Aujourd'hui, déplore l'organisation de consommateurs, un patient est dans l'impossibilité de choisir en conscience un hôpital en fonction de critères qualitatifs plus ou moins objectivés. Si pour des problèmes sans trop de gravité, il choisira l'hôpital le plus proche, pour des pathologies graves, il souhaitera sûrement faire une petite étude de marché. En l'absence de comparaisons, c'est la réputation de l'institution, le bouche-à-oreille et l'avis de son médecin traitant qui le guideront dans ce choix difficile.C'est pourquoi Test-Achats a décidé de tenter de classifier les hôpitaux en se basant sur la réputation qu'ils ont auprès d'un échantillon de médecins généralistes et de médecins spécialistes. Malgré l'appel aux médecins de boycotter l'enquête de Test-Achats émanant du conseil national de l'Ordre des médecins et de l'Absym (les deux organisations estimant qu'on ne peut comparer des pommes et des poires), TA a envoyé en mai 2011 une enquête auprès desdits médecins leur demandant d'indiquer, pour 13 domaines de spécialisations(1), quelle institution " fournirait d'après eux les meilleurs soins médicaux à un patient atteint d'un problème très grave et difficile relevant du domaine en question ". Les critères étaient la qualité du staff médical (motif le plus invoqué - 86%), la qualité des infrastructures (56%), la qualité de la collaboration médecins/autres départements (33%) et l'efficacité du staff paramédical (31%). Suffrage censitaireLes réponses ont été soigneusement pondérées, mais augmentent du coup la subjectivité de l'enquête (une subjectivité d'ailleurs assumée par l'organisation de consommateurs qui ne prétend " nullement établir un classement objectif des hôpitaux ". TA souhaite offrir aux patients " une base de discussion avec leur médecin "). Ainsi, un médecin spécialiste qui évalue sa propre spécialisation a plus de poids, un médecin qui travaille dans l'hôpital en a moins, la proximité géographique entre le médecin sondé et l'hôpital est corrélée négativement, etc. Ces réponses ont été converties en points. Le nombre de points obtenus par l'hôpital est divisé par le total des points attribués à la spécialité et converti en " indice de réputation ". Ainsi, en neurologie, les médecins ont attribué 424 points. Les Cliniques Saint-Luc obtiennent 79 points, soit 18,7% d'indice de réputation. Saint-Luc prend la tête du classement en neurologie. Chaque spécialité offre les huit hôpitaux les plus cités. A ce petit jeu, émergent, toutes spécialités confondues, cinq hôpitaux qui sont considérés par l'échantillon de médecins comme les meilleurs hôpitaux pour quasiment toutes les spécialités couvertes. Il s'agit de :Les Cliniques Saint-Luc de Bruxelles (citées 13 fois et largement en tête en nombre de points) ;Le CHU de Liège (12) ;Le Chirec et particulièrement Edith Cavell (12) ;L'hôpital Erasme (11) ;Le CHR La Citadelle (11).Par spécialité, la médaille d'or échoit très largement à l'hôpital universitaire Saint-Luc (en tête en neurologie, gastro-entérologie, néphrologie, urologie, diabétologie, cardiologie, pédiatrie, gynécologie, opthalmologie, diabétologie et cardiologie). Bordet obtient, sans surprise, l'indice de réputation maximal en oncologie, le Chirec en orthopédie, Mont-Godinne en ORL et Erasme en pneumologie.Si la méthode sera une nouvelle fois critiquée, TA a eu l'intelligence de demander l'avis de médecins exclusivement. Elle échappe ainsi quelque peu à la critique récurrente de vouloir les piéger (par la technique des faux patients par exemple).Consciente que ce classement n'est ni exhaustif ni totalement pertinent, l'organisation de consommateurs exige " que soit créé un système de mesure objective de la qualité des hôpitaux et que les résultats soient rendus publics. "Un vaste programme.