...

Ce constat est le résultat d'une étude menée par des chercheurs de la Northwestern University de Chicago. Ils ont questionné 199 couples de parents d'enfants de 4 mois à 4 ans sur leur vie de couple et leur santé mentale après l'accouchement de la maman. L'analyse montre que les enfants dont les parents ont souffert de dépression après la naissance sont plus violents, plus angoissés, plus tristes, plus perfectionnistes, qu'ils pleurent plus fréquemment que les autres et qu'ils risquent plus de développer une dépression. Autre enseignement : les garçons sont autant affectés que les filles par l'humeur de parents moins souriants, moins communicatifs et moins axés sur le contact vis-à-vis de leur enfant. Pour les chercheurs, il est donc impératif de soigner " précocement " les parents touchés par la dépression post-partum, non seulement pour leur propre santé, mais aussi pour celle de leurs enfants.