...

Une recherche du Smidt Heart Institute de Cedars-Sinai vient bousculer l'idée selon laquelle le système cardiovasculaire s'altère plus tôt chez les hommes que chez les femmes.Entre le 4 mai 2019 et le 5 août 2019, les scientifiques ont réalisé des analyses "sexospécifiques" de 144 599 mesures longitudinales de la pression artérielle collectées sur 43 années (de 1971 à 2014) auprès de 32 882 participants (54% de femmes) âgés de 5 à 98 ans. Les mesures sont issues de quatre études de cohorte américaine.Les résultats montrent une augmentation plus rapide de la pression artérielle chez la gent féminine. Et ce phénomène commence tôt dans l'existence, dès la troisième décennie, pour se poursuivre tout au long de la vie, tandis qu'il se manifeste plus tard et plus progressivement chez les hommes. Selon les scientifiques, à partir de 30 ans, les artères des femmes se rigidifient plus vite ce qui fait monter leur pression artérielle.Après ajustement pour de multiples facteurs de risque de maladie cardiovasculaire, ces différences entre les sexes ont persisté dans toutes les mesures de la pression artérielle : pression systolique, pression diastolique, tension artérielle moyenne, et pression pulsée.Conséquence ? Si le seuil d'hypertension est défini de la même manière, une femme de 30 ans souffrant d'hypertension artérielle est probablement plus à risque de maladie cardiovasculaire qu'un homme souffrant d'hypertension artérielle au même âge. Ce dimorphisme sexuel précoce peut aussi préparer le terrain pour des maladies cardiovasculaires plus tardives qui se présentent souvent différemment chez les femmes par rapport aux hommes.(référence : JAMA Cardiology, le 15 janvier 2020, doi :10.1001/jamacardio.2019.5306)